La Liberté

Thierry Meury: «Je suis un misogyne qui est aussi devenu misanthrope»

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
«Si Adolf Hitler n’avait pas été refusé aux Beaux-Arts, ça aurait peut-être changé quelque chose, hein?» Thierry Meury, jamais à court d’une provocation. © Alain Wicht/La Liberté
«Si Adolf Hitler n’avait pas été refusé aux Beaux-Arts, ça aurait peut-être changé quelque chose, hein?» Thierry Meury, jamais à court d’une provocation. © Alain Wicht/La Liberté
Partager cet article sur:
16.03.2014

Thierry Meury se lance dans une «Tournée d’adieu». Le Jurassien s’apprête-t-il réellement à quitter la scène? Pas vraiment, répond-il, mais au cas où, il est prêt... Son portrait avant ses spectacles à Estavayer-le-Lac.

Aurélie Lebreau

«Si Adolf Hitler n’avait pas été refusé aux Beaux-Arts, ça aurait peut-être changé quelque chose, hein?» Terrasse du Café du Midi à Delémont, un lundi vers 14h30. Thierry Meury, jamais à court d’une provocation, amorce la discussion. Il fume ses cigarettes, boit sa bière. Salue presque toutes les personnes qui passent sur le trottoir, dont l’un de ses frères – il est le «petit dernier» d’une fratrie de six enfants. L’air n’est pas vraiment froid, mais franchement pas chaud non plus. Le ciel est gris et les Jurassiens, Thierry Meury inclus, digèrent leur week-end de carnaval.

Mercredi prochain, l’humoriste présentera sa dernière création pensée avec Yann Lambiel, Tournée d’adieu, à Estavayer-le-Lac. A 48 ans, le comédien s’apprête-t-il vraiment à se ranger? «C’est de la prévention. Si je meurs subitement, on ne pourra pas se plaindre que je n’aie pas fait mes adieux», rétorque celui qui donne aussi dans les revues et les chroniques de journaux.

Lard ou cochon, on marche

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00