La Liberté

Thierry Meury, le bouffi du roi

Thierry Meury, humoriste romand en vogue sur la RTS: prétention tranquille et mépris proverbial du gars vraiment pas doué pour le rire. © alain wicht
Thierry Meury, humoriste romand en vogue sur la RTS: prétention tranquille et mépris proverbial du gars vraiment pas doué pour le rire. © alain wicht
Partager cet article sur:
20.01.2015

Humour SSR • Nous vivions jusque-là en ignorant tout d’un humoriste cher à la radio romande de service public. Pour un peu, on passait à côté de quelque chose…

Pascal Bertschy

L’autre jour, question d’un copain: toi, tu penses quoi de Thierry Meury? Qui? Thierry Meury, l’humoriste. Je ne savais pas qu’il y avait un humoriste nommé Meury. Sur ce, piégé par ma curiosité, je suis allé voir sur le Net et sur YouTube qui était ce comique que mes lacunes ignoraient. C’est ainsi que j’ai découvert l’existence dudit Meury, non sans avoir à le regretter très vite.

La drôlerie et la liberté d’expression sont précieuses, c’est pour cela qu’il faudrait dans l’idéal leur épargner les ridicules. Première découverte: sur la RTS, au lendemain de la tragédie de «Charlie Hebdo», Thierry Meury a postulé au titre d’humoriste le plus bête du monde en mettant sur le même pied djihad et Jeunes UDC, «fous d’Allah» et «fous de la croix gammée». Des fous de la croix gammée, en Suisse? Et qui se rassembleraient ici ou là en rangs serrés? Où est-ce qu’il a vu ça, lui?

Attention maman, bobo! Au-delà de cette malhonnêteté intellectuelle et de ces fantasmes néonazis chevillés au corps, qui plaît aux résistants autoproclamés des années 2010, j’ai découvert un homme néanmoins touchant. Thierry est en effet cet humoriste qui avoue avoir frisé récemment le burn-out. Cela se comprend: devoir faire rire, quand on n’a pas la moindre aptitude à l’humour, ça doit être d’un stressant!

Le déguisement du Suisse

Rompant avec une longue et plaisante tradition de bouffons du roi, voici donc le bouffi du witz! Dans une archive vue sur YouTube, et tirée d’une émission intitulée «L’agence», Meury fait une revue de presse. Vanne retenue au hasard: l’Eurosong a été remporté par un Autrichien déguisé en femme, dit Meury, en quoi il avait choisi le bon costume: s’il s’était déguisé en Suisse, il aurait perdu. Tadaaam!

Encore un truc que j’ignorais: il serait donc possible de se déguiser en Suisse. De quoi ce déguisement, dans l’esprit désertique de Meury, a-t-il l’air? Mystère. Quant aux autres vannes, passons. Même mises bout à bout, rien à faire: leur portée ne dépassait pas celle d’un pipi de hanneton.

Devant ce travail bâclé d’âne bâté, du coup, c’est mon cœur de journaliste qui s’est serré. On dit que la presse écrite va mal, très mal, alors que c’est en réalité bien pire: la pauvre en est réduite à inspirer des revues à Meury!

Quoique, chez Thierry, la respiration prend nettement le pas sur l’inspiration. Souffle épais et diction hésitante du gars dont on devine les embarras cogitogastriques. Cela ne l’empêche pas, pourtant, de se poser en gros plein de soupe autosatisfait et en aimable pochtron qui ne marchande pas ses blagues de comptoir. Sauf que pour l’amabilité, on repassera.

Humour en veilleuse, mais malveillance sans cesse en éveil, Meury ne cache pas son mépris pour tout ce qui n’est pas lui - ce qui en fait du monde! En atteste par exemple «Le paysan oberlandais», chanson dans laquelle ce Jurassien du Jura vomit sur les Jurassiens bernois et «leurs cerveaux gelés».

Si j’étais jurassien bernois ou paysan oberlandais, autant dire que je renâclerais à payer ma redevance. Subventionner indirectement une bouboule de haine qui me crache à la gueule? Chère SSR, il est des citoyens à qui tu demandes beaucoup! Sans compter nombre de citoyennes, puisque les femmes semblent constituer une des cibles favorites de Meury.

Je ne parlerai pas de tout ce que j’ai vu d’autre, car je tiens à rester poli. Ai simplement noté que Meury va effectuer une tournée d’adieu, mais ne rêvons pas avec ces promesses d’adieux.

Les promesses d’alcoolique, hein…

Articles les plus lus
suivez-nous sur insta

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00