La Liberté

Menu

Des centaines de civils enlevés

18.01.2016

Guerre en Syrie

L’organisation Etat islamique (EI) a enlevé au moins 400 civils dans la ville syrienne de Deir Ezzor, après y avoir tué des dizaines de personnes. Selon une ONG, au moins 135 personnes ont été exécutées au cours de cet assaut. Celui-ci a été perpétré samedi dans plusieurs secteurs de cette cité de 130 000 habitants située sur les rives de l’Euphrate, à 450 km de Damas.

Lors de cette attaque, au moins 400 civils ont été enlevés, a indiqué hier l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG proche de l’opposition au régime de Bachar al-Assad. Les otages sont tous de confession musulmane sunnite, comme l’EI, a signalé l’OSDH. Ces hommes, femmes et enfants ont été emmenés vers d’autres régions sous contrôle des djihadistes dans l’ouest de la province du même nom ainsi que dans la province voisine de Raqqa.

Le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane craint que l’EI «n’exécute les civils ou ne réduise les femmes à l’esclavage sexuel comme il l’a fait plusieurs fois dans le passé». Lors de l’offensive, l’EI a aussi tué au moins 85 civils et 50 combattants prorégime. La plupart ont été exécutés, affirme l’ONG.

L’agence de presse officielle syrienne Sana, citant des habitants a dénoncé un «massacre» et parlé de «300 civils tués». Si ce bilan est confirmé, il serait un des plus élevés pour une seule journée dans la guerre déclenchée en mars 2011. Par ailleurs, selon l’OSDH, 40 civils ont péri samedi dans des raids aériens sur Raqqa. Cette ville est le bastion de l’EI dans l’est de la Syrie.

Hier matin, des combats intermittents opposaient les forces du régime à l’EI dans le nord-ouest de la ville, alors que la banlieue d’al-Bgheliyeh a été la cible de raids aériens nocturnes de l’aviation russe, alliée du régime, selon l’OSDH. Le régime contrôle toujours des portions de Deir Ezzor ainsi qu’un aéroport militaire à proximité, malgré les attaques répétées de l’EI.

L’EI profite du chaos en Syrie pour s’emparer de vastes territoires. Accusé par l’ONU de crimes contre l’humanité et cible d’une large coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, le groupe djihadiste a mené plusieurs exécutions de masse en Syrie dans le passé, dont celle qui avait coûté la vie à 900 membres de la tribu des Chaitat à Deir Ezzor, qui s’était opposée à l’EI en 2014.

Depuis le début du conflit, 260 000 personnes sont mortes en Syrie et des millions ont fui la région. Alors que jusqu’à présent les efforts pour une solution politique ont échoué, l’ONU tente de réunir à partir du 25 janvier en Suisse régime et opposition pour des négociations sur un cessez-le-feu et une transition politique. Pour les préparer, le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov rencontrera mercredi à Zurich son homologue américain John Kerry. ATS/AFP

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 176 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00