Barrigue: «C'est une tristesse énorme qui m'envahit»

Barrigue appelle à «ne pas se taire» après la tuerie de Paris. © Keystone
Barrigue appelle à «ne pas se taire» après la tuerie de Paris. © Keystone


07.01.2015

Réactions • La fusillade survenue dans les locaux du journal satirique «Charlie Hebdo» à Paris suscite la consternation en Suisse aussi. Journalistes et caricaturistes suisses se disent «ébranlés». «Nos libertés fondamentales sont visées», estime Thierry Barrigue, qui vient de perdre «des amis».

ATS

«C'est une tristesse énorme qui m'envahit», a déclaré, en pleurs, le rédacteur en chef de «Vigousse». Pour lui, ce ne sont pas les dessinateurs ou les journaux satiriques qui sont en péril: «Ces gens-là sont morts pour que l'on puisse s'exprimer librement. Pour que nous puissions parler haut et fort. Sans ça, il n'y a pas de démocratie possible».

«On ne peut pas se taire, si on se tait, on a perdu. C'est un hommage à ces amis qui sont morts pour que l'on puisse tous continuer à vivre libre», relève le rédacteur en chef de «Vigousse».

«Charb était venu à Morges pour un débat sur la liberté de la presse, là aussi il était accompagné par un policier. Il se savait menacé. Il m'avait dit qu'il ne céderait jamais devant les menaces, qu'il continuerait son boulot pour la liberté d'expression», poursuit Thierry Barrigue.

«Portée particulière»

Les éditeurs de journaux romands parlent, eux, d'une «journée noire» pour la liberté de la presse et la France. «S'en prendre à un journal est particulièrement lâche», a dit Daniel Hammer à l'ats, secrétaire général de Médias Suisses, la faîtière des éditeurs romands, peu après la fusillade.

«Toucher à 'Charlie Hebdo' a une portée particulière», a-t-il poursuivi. «C'est un mauvais signal donné à une valeur aussi centrale que la liberté de la presse, qui plus est en France». «Nous sommes abasourdis. Ce journal est décimé. Nous sommes en pensée avec les familles des victimes», a-t-il encore relevé.

Condoléances officielles

«La Suisse condamne fermement l'attentat commis à Paris et présente ses condoléances à la France», écrit pour sa part sur twitter André Simonazzi, porte-parole du gouvernement au nom de la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga.

Des condoléances également exprimées par les journalistes et caricaturistes suisses, réagit impressum. L'association condamne sans équivoque le massacre et réclame que ses auteurs soient sévèrement punis.

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00