Décimés par un iceberg

L’iceberg oblige désormais les manchots à faire un immense détour pour trouver leur nourriture.
L’iceberg oblige désormais les manchots à faire un immense détour pour trouver leur nourriture.


15.02.2016

Antarctique • Environ 150 000 manchots sont morts depuis qu’un bloc géant s’est échoué près de leur colonie.

Environ 150 000 manchots Adélie ont péri depuis qu’un gigantesque iceberg s’est échoué près de leur colonie en Antarctique. Cet obstacle les contraint à un trop long détour pour trouver leur nourriture, selon une étude scientifique.

Cette colonie vit sur le cap Denison, un cap rocheux situé en baie du Commonwealth, dans l’est de l’Antarctique.

L’iceberg B09B, qui mesure 100 km2, soit une superficie proche de celle de la ville de Paris, s’est échoué dans la baie du Commonwealth en décembre 2010, écrivent dans le journal «Antarctic Science» des chercheurs australiens et néo-zélandais.

La population de la colonie de manchots avait été dénombrée en février 2011 à environ 160 000 individus, qui n’étaient plus qu’environ 10 000 en décembre 2013, affirment les chercheurs.

L’arrivée de cette masse glaciaire et la formation d’une banquise côtière qui en a découlé a obligé les manchots à allonger de 60 km leur périple pour se rendre sur le lieu où se trouve leur nourriture, ce qui a entravé leur processus de reproduction.

«La population du cap Denison pourrait être éradiquée dans les 20 années qui viennent, à moins que B09B ne bouge, ou que la banquise côtière, désormais pérenne, ne se disloque», écrivent dans leurs travaux publiés début février ces chercheurs du centre de recherche sur le changement climatique de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) et du New Zealand’s West Coast Penguin Trust.

Contrairement à la banquise de mer, la banquise côtière ne dérive pas. Elle peut atteindre une épaisseur considérable. ATS/AFP

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00