La Liberté

Walter, le père du dragon du Lac-Noir

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Walter Feyer aime la proximité avec la nature qui permet «une certaine dynamique de pensée que l'homme moderne a perdu», estime-t-il. © Alain Wicht
Walter Feyer aime la proximité avec la nature qui permet «une certaine dynamique de pensée que l'homme moderne a perdu», estime-t-il. © Alain Wicht
Partager cet article sur:
24.05.2020

Forgeron artiste aux nombreuses casquettes, Walter Feyer est avant tout un amoureux de la nature

Stéphanie Schroeter

Merveilles en Singine » Il est libre, Walter. Il y en a même qui disent qu’ils l’ont vu forger. Parce que son élément préféré à Walter Feyer ce n’est pas l’air, mais bien le feu. Un petit peu l’eau aussi. Mais d’abord le feu. Mécanicien sur machines agricoles de formation, ce quadra est devenu, il y a belle lurette, forgeron, puis maréchal-ferrant puis forgeron artiste et enfin éducateur social avant de retourner, fin avril, à son état naturel. L’indépendance. Dans son atelier de Römerswil, il forge, il soude, il bricole sans étiquette ni prise de tête. Avec juste ce besoin d’être proche de la nature dont il est fou amoureux depuis toujours. De cette idylle est né, il y a déjà plusieurs années, un gros dragon qui veille sur les bords du lac Noir rappelant à tous les promeneurs du di

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00