La Liberté

Le hérisson, armé pour le béton

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Lors d’un recensement national mené en 2018, le hérisson n’a malheureusement été retrouvé que dans la moitié des lieux qui l’hébergeaient traditionnellement © DenisNata / Adobe Stock
Lors d’un recensement national mené en 2018, le hérisson n’a malheureusement été retrouvé que dans la moitié des lieux qui l’hébergeaient traditionnellement © DenisNata / Adobe Stock
Partager cet article sur:
03.08.2020

Entre les campagnes hostiles et le bitume qui s’étend, les refuges de notre piquant voisin se réduisent

Christine Wuillemin

» Ce sont des voisins qui nous veulent du bien. L’inverse n’est, hélas, pas toujours vrai. Ces animaux d’ici nous rendent de précieux services. Et nous pouvons en faire de même pour eux et la biodiversité au travers de gestes simples.

Alors que le soleil se couche derrière les crêtes du Jura, une pelote d’épingles promène son museau dans les herbes à la recherche d’insectes à se mettre sous la dent. La scène ne se déroule pas aux abords d’un village, mais dans le quartier de Gratte-Semelle, sur les hauts de Neuchâtel. «Mon voisin et moi observons régulièrement des hérissons vagabonder entre nos jardins à la tombée de la nuit», sourit Michel Blant, biologiste et responsable de l’association Nos voisins sauvages.

Quoi, des hérissons citadins? Oui, et c’est aujourd’hu

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
suivez-nous sur insta

 

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00