La Liberté

Rideau pour Juliette Gréco

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Juliette Gréco, ici en 2015 à Francfort, a survécu au temps et aux modes. Keystone
Juliette Gréco, ici en 2015 à Francfort, a survécu au temps et aux modes. Keystone
Partager cet article sur:
24.09.2020

Mélange de grâce et de gouaille, la chanteuse iconique est morte hier à 93 ans

Hommage » «Passion, combat, amour et rigolade intense» disait Juliette Gréco pour résumer sa vie. L’icône de la chanson française morte hier à l’âge de 93 ans, amie des poètes et des musiciens, a incarné l’esprit du quartier artistique parisien de Saint-Germain-des-Prés.

Des pommettes hautes, un regard souligné de noir sous une chevelure brune, de fines mains blanches voletant sur une robe sombre, la chanteuse est sur scène une longue dame noire. «Gréco, rose noire des préaux. De l’école des enfants pas sages», comme la dépeint Raymond Queneau. Car Gréco n’était pas sage. «Je suis un clown dans la vie et puis j’aime rire. Le plus grand atout de la séduction, c’est l’humour, donc l’intelligence, la dérision», affirmait-elle il y a quelques anné

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00