La Liberté

Et si on parlait d'éducation?

Il ne mange que des sucreries !

Il ne mange que des sucreries ! © Nataliia Pyzhova - stock.adobe.com
Il ne mange que des sucreries ! © Nataliia Pyzhova - stock.adobe.com


11.01.2019

Education familiale Fribourg

Ces histoires sont des « séquences » extraites des rencontres que l’Education Familiale organise dans le canton ; elles traitent des compétences éducatives des parents.

«Il est pénible avec la nourriture, il ne mange que des sucreries». Dans la salle d’attente d’un cabinet pédiatrique, Sarah, la mère de Florian (3 ans) sort de son sac un yoghurt à boire et une galette de chocolat. Florian pleure, il veut les deux autres galettes qui sont encore dans le sac de maman. Elle tient tête: «non d’abord tu manges cela».  Elle regarde les autres parents présents et s’excuse: «C’est 9h30, il n’a pas voulu déjeuner à la maison, je le fais vite déjeuner maintenant.» 

Un échange commence entre les parents présents. Certains parents dont les bébés mangeaient de grandes quantités de purée ne picorent plus que quelques morceaux depuis qu’ils sont passés à la nourriture solide. Certains parents font des repas différents, du genre "pâtes-fromage", pour que leurs enfants mangent au moins quelque chose. D’autres font le même repas pour tout le monde, et par contre, ne demandent plus à leur enfant que de manger une quantité minimale. En observant les enfants jouer, les parents présents observent qu’ils ont tous assez d’énergie, même s’ils n’ont pas mangé beaucoup hier…

«Moi, je dois être conséquent, souligne un père. Je suis producteur bio. J’achète le moins possible dans les grandes surfaces donc du coup, il n’y a pas beaucoup de tentations. Nous avons peu de sucreries à la maison: régulièrement des glaces et des biscuits-maison ou de la région, parce qu’il faut se faire plaisir. Pourquoi avez-vous toutes ces sucreries à disposition. Qui fait les courses ? Si il n’y en a pas, les enfants s’adaptent très bien, n’est-ce pas ?» «Mon mari mange beaucoup de sucreries et de boissons sucrées, ajoute Sarah. J’en achète par habitude.  Je vais lui parler, cela devient difficile aussi pour la maman de jour à qui Florian réclame tout le temps des bonbons. En même temps, je pense qu’il serait préférable d'aller faire les courses sans lui, pendant quelques temps, pour acheter ce dont nous avons besoin et pas ce qu’il souhaite. Les magasins sont trop tentants.»

«Mon bébé ne veut plus manger de purée, raconte une autre mère. Je fais des morceaux de légumes bien cuits et j’en mets un peu partout. La nourriture, c’est aussi sensuel, n’est-ce pas? Et maintenant, ma fille, qui vient de fêter un an, mange en même temps que nous. Nous avons enfin moins de tensions autour de la nourriture». On ne naît pas parent, on le devient. Expérience, après expérience, car le chemin se fait, en marchant!

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00