La Liberté

Un parti centriste sans boussole

Partager cet article sur:
01.12.2021

Il est dit qu’au paradis, les derniers seront les premiers. Au pays des Dzodzets, au temps des élections, c’est la même règle. Les derniers du premier tour sont parmi les premiers au deuxième. Grâce à une décision tricotée en petit comité par les gros bonnets des partis réunis en urgence. Pour inverser les tendances, il fut décidé de procéder à des mariages de raison.

Aux abois, l’ex-PDC s’empressa de recaler une candidate pour se jeter notamment dans les bras des marchands d’illusions de l’UDC, un parti qu’il accusait il y a peu de pactiser avec le diable. Happé par une droite de plus en plus dure sur les questions sociales et d’asile, comment ce Centre pourra-t-il défendre ces valeurs séculaires qu’il prétend encore être les siennes?

Le souverain, attiré peut-être par les belles promesses d’une droite conquérante, a fait son choix. C’est la loi du plus fort qui a prévalu, pas celle d’une saine démocratie.

Le résultat de cette élection nous fait encore mieux comprendre les raisons du constant déclin d’un PDC déraciné de son glorieux passé, incapable de se réinventer autrement qu’en changeant de nom et naviguant sans boussole en eaux peu claires.

Sur le plan fédéral, hormis tout de même nos trois élues du Centre aux deux Chambres, de plus en plus rares sont ceux qui ont le courage de mettre leur vie de politiciens en cohérence avec des convictions humanistes et chrétiennes qui ne soient pas seulement celles d’un chrétien du dimanche. Pourtant, une société qui perd la référence à ces valeurs éminentes devient très dangereusement individualiste et matérialiste. Bon courage Père Noël!

Robert Ayer,

Rossens

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00