La Liberté

Fribourg-Gottéron, saison 2017-2018

Quel adversaire idéal pour Gottéron?

02.03.2018

Leur ticket pour les séries finales en poche, les Dragons peuvent souffler et penser aux play-off. Des quatre adversaires encore possibles, lequel serait sur le papier le meilleur pour les hommes de Mark French? Analyse.

 

JER/AS

Berne, Zoug, Lugano ou Bienne? Quatre équipes peuvent encore rencontrer Gottéron en quart de finale de play-off. L'option la moins probable est celle d'un choc avec le frère ennemi des Zähringen: Gottéron devrait perdre deux fois face à Lausanne ce week-end, et Genève battre deux fois... Berne. 

Quel bilan les Dragons affichent-ils contre ces quatre adversaires? Lesquels ont-ils déjà rencontré en play-off? Et quelles sont les forces et faiblesses de ces formations?


Adversaire No 1: Berne (1er avec 98 points, rencontre 2x Genève ce week-end)

1. Les points forts

Le meilleur gardien du pays

En plus d'afficher le meilleur pourcentage d'arrêts de la ligue (92,89%), Leonardo Genoni est aussi le dernier rempart qui accorde le moins de buts par match depuis le début de la saison (2,03). Cerise sur le gâteau: le plus grand nombre de blanchissages (8 fois). Un atout capital dans la course à un 3e titre consécutif pour les Ours.

Des étrangers irrésistibles

Berne dispose d'un potentiel de feu grâce à son trio canadien Mark Arcobello, Raymond Mason et Andrew Ebett, qui «valent» tous trois un point par match de moyenne depuis le début de la saison. Avant de filer à Zurich la saison prochaine, Maxim Noreau aura à coeur de bien conclure son aventure bernoise. En saison régulière, le 4e joueur à la feuille d'érable de la capitale affiche 0,8 point par match, le meilleur total des défenseurs. Avec Mika Pyörälä, Berne se permet d'avoir un international finlandais sur le banc!

Le meilleur pointeur suisse

Avec 40 points, Gaëtan Haas partage la tête du classement des compteurs suisses du championnat avec le Luganais Fazzini. Pour ses premiers play-off au sein du prestigieux SCB, le transfuge de Bienne voudra poursuivre sur sa belle lancée de la saison régulière. Mais attention: il a connu une petite baisse de régime ces dernières semaines. Pas de quoi inquiéter les Ours, qui peuvent compter sur huit (!) internationaux helvétiques, dont le meilleur +/- de la ligue en la personne de Simon Moser.

2. Le point faible

L'Ours aura-t-il encore faim?

La saison dernière, le SCB a été mû par la volonté de réussir un doublé qui échappait cruellement aux formations de National League depuis plus d'une décennie. Cet exploit en poche, les patineurs de la capitale auront-ils suffisamment de rage de vaincre pour réussir la conquête d'un troisième trophée? Depuis sa qualification très prématurée pour les play-off, Berne a baissé de régime: 1,6 point par match récoltés, contre 2 jusqu'alors. Si la taille de la délégation du SCB pour Pyeongchang explique largement ce petit relâchement - personne ne voulait se blesser avant les Jeux -, les Ours arriveront-ils à trouver les ressources pour appuyer sur l'accélérateur? A suivre.

3. Face à face

Malgré six duels entre les deux formations, les hommes de Mark French ont longtemps cru faire chou blanc cette saison: après 5 défaites, ils ont enfin terrassé l'Ours lors de la dernière rencontre avant la pause JO. 

Le bilan cette saison

6 matches, 14 points pour Berne, 4 pour Fribourg
28 buts marqués pour Berne, 12 buts marqués pour Fribourg

Le bilan sur 10 ans

Depuis 2008, année marquée par la fameuse élimination du grand SCB par le Petit Poucet, le Gottéron de Serge Pelletier, les deux forrmations se sont rencontrées à 93 reprises:

93 matches, 57 victoires pour Berne, 36 pour Fribourg

Le bilan en play-off

Depuis l'introduction des séries finales en 1986, les deux équipes se sont affrontées à 5 reprises. Berne mène 4 séries à 1, le seul succès fribourgeois étant précisément celui de 2008.


Adversaire No 2: Zoug (2e avec 88 points, rencontre 2x Ambri ce week-end)

1. Les points forts

Un gardien mûr pour un titre

Depuis de nombreuses saisons, avec le maillot de Zoug, puis Genève, puis de nouveau Zoug, Tobias Stephan tutoie les sommets sans jamais les atteindre. Irréprochable durant les saisons régulières, le dernier rempart de Suisse centrale s'est souvent troué au pire moment, au point de s'affubler une réputation de ne pas être un gardien de play-off. Après une finale l'année dernière (perdue face à Berne), Stephan aura à coeur d'aller jusqu'au bout de son rêve cette saison. A 34 ans, il boucle un excellent championnat régulier, avec un pourcentage d'arrêts de 92,78%, juste derrière Genoni. Et si, comme la saison passée, les play-off étaient un duel entre les deux meilleurs gardiens de la ligue?

Un bon équilibre attaque/défense

Comme Berne, Zoug peut compter sur un effectif équilibré. Doté de la troisième meilleure attaque et de la deuxième meilleure défense, la phalange zougoise possède des qualités des deux côtés de la patinoire. Ajoutez à cela deux des meilleures gâchettes du championnat (Garrett Roe/47 points et Viktor Stalberg/49 points) et vous obtenez un prétendant très sérieux au titre.

Un goût de revanche

Le titre, justement, les Zougois l’avaient manqué de peu l’année passée. Arrivés en finale après avoir écarté Genève (4-0) et Davos (4-2), les Zougois ont dû s’avouer vaincus face à champions en titre bernois. Reste que l’expérience amassée durant cette campagne représente un atout à l’heure où les rencontres grimperont en intensité.

2. Les points faibles

Un certain manque de profondeur

Derrière une première ligne d’attaque de feu (Stalberg-Roe-Martschini), Zoug peut également compter sur une bonne deuxième ligne (Suri-McIntyre-Klingberg). Et ensuite? Si Dominic Lammer a convaincu, ce n'est pas le cas de Sven Senteler. Plutôt défensif, Nolan Diem n’est quant à lui pas le genre de joueur à inscrire régulièrement son nom au tableau des buteurs. Le destin de Zoug en play-off se décidera sans doute si les gâchettes de Roe et de Stalberg venaient à être enrayées: qui reprendra le flambeau?

3. Face à face

Le bilan cette saison

Très longtemps bête noire de Gottéron, Zoug n'a pas affiché une aussi nette domination cette saison face aux Dragons que dans un passé récent: Julien Sprunger et ses coéquipiers ont réussi à battre deux fois l'EVZ, dont un retentissant 6-0 à Saint-Léonard le 13 janvier, s'adjugeant ainsi la majorité des points (7 sur 12).

4 matches, 7 points pour Fribourg, 5 pour Zoug
13 buts marqués par Fribourg, 9 par Zoug

Le bilan sur 10 ans

Sur les dix dernières années, Zoug mène nettement la confrontation, avec près de deux tiers de victoires (39 à 21). Pire: le 3 novembre dernier, Gottéron a mis fin à une série de sept victoires de Zoug (les Dragons n'avaient plus battu les Zougois depuis octobre 2015).

Le bilan en play-off

Il faut remonter aux années 1990 pour retrouver trace d'un duel entre les deux formations après la saison régulière. Zougois et Fribourgeois sont à égalité, avec une victoire chacune. La belle pour cette saison?


Adversaire No 3: Bienne (3e avec 83 points, rencontre 2x Zurich ce week-end)

1. Les points forts

Törmanen, un entraîneur 5 étoiles

Il est très rare de retrouver une équipe qui a licencié un entraîneur au cours de saison aussi haut dans un classement. Bienne pourrait terminer sur le podium de National League pour la première fois depuis très longtemps. Arrivé à la fin novembre, Antti Törmänen ne serait pas contre le fait de damer le pion à Gottéron, comme il l'avait réalisé en 2013. Le Finlandais avait alors brisé le rêve des Dragons en finale (4-2).

Des étrangers de qualité

Avec la perte de plusieurs joueurs importants à l'entre-saison (notamment Matthias Rossi, transféré à Fribourg), Bienne ne devait pas se rater sur ses choix d'étrangers. Le coup de maître a été le retour de Marc-Antoine Pouliot, parti pour... Fribourg voilà deux saisons pour y trouver un «plus grand challenge sportif». Le même discours qu'un certain Matthias Rossi l'été dernier. Fait cocasse, Bienne va terminer largement devant Fribourg et pourrait retrouver les Dragons en séries finales grâce notamment aux 41 points d'un certain Marc-Antoine Pouliot, écarté par le club fribourgeois pour avoir oublié ses patins en cours de saison l'année dernière. Une revanche en vue? Si elle venait à se produire, les Dragons feraient bien de se méfier du quatuor Pouliot, Earl (34 points), Micflickier (32 points) et Rajala (32 points).

Un gardien décisif

Nul besoin d'aller demander à Berne et à Zoug la nécessité d'avoir une assurance tous risques dans les buts: c'est à coup sûr un facteur déterminant au moment de disputer des matchs couperet. Jonas Hiller fait partie des valeurs sûres, et est en forme: l'ex-portier d'Anaheim notamment a réussi un très bon tournoi olympique dans une équipe nationale à la dérive. Et s'il se vengeait en play-off avec le maillot de Bienne?

2. Les points faibles

Une inexpérience à ce niveau

Ces dernières saisons, Bienne a davantage été habitué à lutter pour sauver sa peau au sein de l'élite plutôt que pour soulever le vase jaune qui en récompense le champion. En soi, la qualification pour les play-off représente déjà une saison réussie pour les Seelandais. Parviendront-ils à profiter de l'avantage de la glace obtenu grâce à leur excellent championnat régulier et à endosser le rôle d'équipe attendue au tournant?

Un bilan négatif face à Fribourg

Paradoxalement, il n'est pas sûr que les Seelandais verraient d'un bon oeil un quart de finale face à Fribourg-Gottéron. Equipe pourtant abordable sur le papier, la troupe de Saint-Léonard ne convient pas bien au HC Bienne. En 2013, les Bernois s'étaient d'ailleurs brisés les dents sur le futur finaliste à ce même stade des quarts de finale (4-3).

3. Face à face

Le bilan cette saison

Comme souvent ces dernières saisons, le bilan est positif pour Fribourg face à Bienne: 3 victoires à 1, avec le seul succès à l'extérieur (le 12 septembre, 2-3). Depuis 2014, les Seelandais ne se sont imposés qu'une seule fois à Saint-Léonard (le 2 décembre 2016)!

4 matches, 3 victoires pour Fribourg, 1 pour Bienne
11 buts pour Fribourg, 7 pour Bienne

Le bilan sur 10 ans

Sur dix ans, la tendance est très nette en faveur de Fribourg-Gottéron: 39 succès à 22! 

Le bilan en play-off

Fribourg-Gottéron a remporté les deux séries entre les deux formations. La dernière, en 2013, avait vu les Dragons, archi-favoris (1ers à l'issue de la saison régulière), se faire peur en laissant les Seelandais revenir de 0-3 à 3-3. La «belle», remportée 6-1 par Gottéron, avait vu le puck être coupé en deux sur une frappe de Cédric Botter.


Adversaire No 4: Lugano (4e avec 82 points, rencontre 2x Davos ce week-end)

1. Le point fort

Les joueurs suisses

Avec le surprenant Luca Fazzini (Top Scorer 40 points), Gregory Hofmann (37 points) et Dario Bürgler (33 points), Lugano compte trois joueurs à licence helvétique comptant davantage de points que le meilleur suisse de Gottéron (Bykov, 32 points). Les «snipers» que sont Linus Klasen (38 points) et Maxim Lapierre (34 points) viennent compléter une impressionnante artillerie.

2. Le point faible

L'irrégularité

S’il ne fallait qu’une équipe pour évoquer le «ventre mou» de National League, ce serait le HC Lugano. Hormis un départ manqué, les Tessinois ont vogué tranquillement entre la 2e et la 7e place du championnat, mais avec toujours une avance confortable sur la barre. De ce fait, les hommes de Greg Ireland constituent une inconnue pour les séries finales: quel visage vont-ils montrer? Même si la fragilité de certains leaders (Furrer, Brunner) fait planer une épée de Damoclès sur les Tessinois, Lugano peut battre n'importe qui à condition de ne pas se battre soi-même.

3. Face à face

Le bilan cette saison

Cette saison, les deux équipes ont chacune récolté 6 points (deux victoires dans le temps réglementaire): Gottéron s’est imposé 2-4 à la Resega le 14 novembre et 3-2 à domicile le 27 janvier, contre une défaite à domicile 1-4 le 13 octobre et une fessée le 16 décembre à Lugano (8-2).

4 matches, 2 victoires pour Fribourg, 2 victoires pour Lugano (6 points partout)
10 buts marqués par Gottéron, 16 buts marqués par Lugano

Le bilan sur 10 ans

Le face-à-face entre Lugano et Gottéron est relativement équilibré sur ces 10 dernières années, avec un léger avantage aux Tessinois: 35 victoires, contre 29 pour Gottéron.

Le bilan en play-off

Les deux formations se sont rencontrées à 5 reprises dans la phase d’après-saison pour le titre. Lugano mène largement (4-1), mais s’est incliné lors du dernier face-à-face: c’était en quarts de finale en 2012, et Gottéron s’était imposé par 4 victoires à 2. Benjamin Conz défendait les buts tessinois.

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00