La Liberté

Histoire vivante

Le long chemin vers la réconciliation

Détruit durant la guerre, le pont de Mostar - reconstruit en 2004 - peine à rapprocher Bosniaques et Croates habitant une ville toujours divisée. © SP
Détruit durant la guerre, le pont de Mostar - reconstruit en 2004 - peine à rapprocher Bosniaques et Croates habitant une ville toujours divisée. © SP
Esad Landzo, Bosniaque condamné à 15 ans de prison par le Tribunal pénal international, a retrouvé certaines de ses victimes pour leur demander pardon.
Esad Landzo, Bosniaque condamné à 15 ans de prison par le Tribunal pénal international, a retrouvé certaines de ses victimes pour leur demander pardon.
Natasa Kandic, activiste serbe des droits humains, est l'une des initiatrices du projet de commission «vérité et réconciliation». © PAB
Natasa Kandic, activiste serbe des droits humains, est l'une des initiatrices du projet de commission «vérité et réconciliation». © PAB
Détruit durant la guerre, le pont de Mostar reconstruit en 2004 peine à rapprocher Bosniaques et Croates habitant une ville toujours divisée. Natasa Kandic, activiste serbe des droits humains, est l’une des initiatrices du projet de commission vérité et réconciliation. Esad Landzo, Bosniaque condamné à 15 ans de prison par le Tribunal pénal international, a retrouvé certaines de ses victimes pour leur demander pardon. © SP/PAB/Keystone
Détruit durant la guerre, le pont de Mostar reconstruit en 2004 peine à rapprocher Bosniaques et Croates habitant une ville toujours divisée. Natasa Kandic, activiste serbe des droits humains, est l’une des initiatrices du projet de commission vérité et réconciliation. Esad Landzo, Bosniaque condamné à 15 ans de prison par le Tribunal pénal international, a retrouvé certaines de ses victimes pour leur demander pardon. © SP/PAB/Keystone
11.04.2019

Près d’un quart de siècle après la fin de la guerre, la Bosnie-Herzégovine panse encore ses plaies

Sevan Pearson

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00