La Liberté

15.03.2020

«Il faut que nos autorités ferment les bistrots»

Les bars d’ordinaire les plus fréquentés n'ont pas fait recette samedi soir à Bulle. © Lib/Charly Rappo
Les bars d’ordinaire les plus fréquentés n'ont pas fait recette samedi soir à Bulle. © Lib/Charly Rappo

SZ

Partager cet article sur:

Samedi soir à Bulle, partout ou presque, les établissements publics avaient mis en place les restrictions ordonnée par la Confédération (50 personnes simultanément, personnel inclus). Les rues étaient étrangement désertées.

D’habitude prises d’assaut, les places de stationnement étaient disponibles en nombre. Pas la moindre file d’attente devant les bars d’ordinaire les plus fréquentés, comme le Buro ou le Moderne. L’Après était carrément fermé. «J’ai un peu peur», confiait une cliente du Moderne. Mais j’ai besoin de vivre une dernière fois ces moments de partage avec mes amis, avant de respecter à la lettre les recommandations des autorités».

Restaurant, brasseries et café font grise mine et plusieurs patrons évoquaient les fermetures imposées en France et au Tessin: «Il faut que nos autorités ferment les bistrots. Nous avons  beaucoup de frais et pas assez de gain. Le personnel s’expose à un risque. Les clients aussi. Une fermeture serait une bonne chose, sur le plan économique comme sur le plan de la santé», résumait Vasile Dupasquier, responsable de service du Gruyérien, samedi.

 

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00