La Liberté

10.09.2019

Vers une CCT dans le commerce de détail

Le Grand Conseil fribourgeois veut oeuvrer à la conclusion d'une convention collective de travail dans le commerce de détail sur le plan cantonal (archives). © KEYSTONE/ANTHONY ANEX
Le Grand Conseil fribourgeois veut oeuvrer à la conclusion d'une convention collective de travail dans le commerce de détail sur le plan cantonal (archives). © KEYSTONE/ANTHONY ANEX

ATS

Le Grand Conseil fribourgeois s'inquiète des conditions de travail dans le commerce de détail. Les députés veulent favoriser l'émergence d'une convention collective de travail (CCT) cantonale, sans pour autant privilégier la contrainte.

Un mandat demandant au Conseil d'Etat d'édicter un contrat type de travail (CTT) a été finalement retiré mardi, afin de garantir les chances de voir aboutir la voie d'une CCT, privilégiée par les syndicats. Une des auteurs, la Verte Christa Mutter, a rappelé le souci de voir la protection des travailleurs du secteur s'améliorer.

Le Conseil d'Etat a invité au rejet du mandat, déposé par dix députés de tous bords, des Verts au PDC en passant des socialistes. Il estime qu'il ne faut pas "prétériter les démarches en cours pour la conclusion d'une CCT". Une CCT est préférable à un CTT qui serait imposé, "même après consultation", aux parties.

Rôle de surveillance

A cela s'ajoute qu'il est "très facile" de déroger à un CTT, même sans accord écrit. Sans compter que le Conseil d'Etat estime jouer son rôle de surveillance. L'exécutif a rappelé qu'une séance de travail s'était tenue en janvier dernier dans la perspective de conclure une CCT.

"Une autre est déjà agendée en octobre", a indiqué à Keystone-ATS Armand Jaquier, député socialiste et secrétaire régional d'Unia Fribourg. Le gouvernement entend continuer de s'engager, par le biais de sa délégation aux discussions, en vue d'un accord qui aurait force pour tout le secteur.

Mauvaises conditions

Christa Mutter a dit encore espérer voir le Conseil d'Etat pouvoir dresser un état des lieux d'ici à une année. Les députés, minoritaires, ne souhaitant pas retirer le mandat se sont ralliés à la volonté de la majorité des dix auteurs.

La gauche et les syndicats estiment, après le référendum victorieux du 30 juin contre le prolongement d'une heure de l'ouverture des magasins le samedi jusqu'à 17h00, que le temps est venu d'avancer. Ils argumentent sur les mauvaises conditions de travail (horaires, salaires et travail sur appel, notamment) dont souffrent les travailleurs.

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00