La Liberté

29.06.2017

Une année de prison ferme pour excès de vitesse

Le chauffard s'était laissé filmer par son passager alors qu'il roulait à 200 km/h entre Chénens et Villaz-St-Pierre © DR
Le chauffard s'était laissé filmer par son passager alors qu'il roulait à 200 km/h entre Chénens et Villaz-St-Pierre © DR

MRZ

Partager cet article sur:

Le Tribunal de la Sarine a infligé une peine de 28 mois de prison, dont une année ferme, à un Portugais de 32 ans qui avait commis quatre gros excès de vitesse en automne 2015. Dont une accélération à 200 km/h à la sortie de Chénens.

Cet amateur de tuning automobile ne s'est pas présenté à son procès et les autorités ignorent tout de l'endroit où il réside actuellement. Son dossier sera transmis au système de recherches informatisées de police (RIPOL) et sa condamnation lui sera notifiée dans l'hypothèse où il aurait, un jour, le malheur de croiser la route d'une patrouille.

Le Tribunal de la Sarine l'a notamment reconnu coupable de violation grave qualifiée des règles de la circulation routière. Selon les dispositions Via Sicura, un conducteur roulant à plus de 140 km/h sur un tronçon limité à 80 est un chauffard au sens pénal du terme et encourt une peine plancher d'un an de prison. Le trentenaire portugais a également été condamné pour conduite d'un véhicule défectueux. Il avait en effet commis ses «exploits» routiers à bord d'une voiture tellement modifiée – notamment par l'installation d'un turbo non homologué – qu'elle n'aurait même pas pu être immatriculée.

Trahi par des vidéos

L'homme s'était laissé filmer par son passager alors qu'il roulait à 150, 200 et 180 km/h entre Chénens et Villaz-St-Pierre, puis à 120 km/h à la sortie du parking du karting de Payerne. Ces images, qui ont grandement facilité le travail de la justice, ont été retrouvées sur le téléphone portable de l'un de ses amis, lui aussi amateur de voitures tunées et membre d'un cercle de «tuneurs» actif dans la région d'Estavayer-le-Lac. Ce groupe faisait alors l'objet d'une surveillance policière.

Les juges sarinois ne se sont pas laissés convaincre par les arguments de l'avocate du conducteur, qui a expliqué mardi que le compteur de vitesse de la voiture de son client était défectueux et que ses excès de vitesse avaient été commis sur des tronçons rectilignes et faiblement fréquentés. 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00