La Liberté

09.11.2021

Conseil d'Etat: Un 2e tour à neuf mais sans Luana Menoud-Baldi

La Glânoise ne sera pas au 2e tour. Une décision qui entérine déjà la perte d'un siège pour le Centre. © Charly Rappo
La Glânoise ne sera pas au 2e tour. Une décision qui entérine déjà la perte d'un siège pour le Centre. © Charly Rappo

NM

Partager cet article sur:

La droite partira unie pour le second tour de l’élection au Conseil d’Etat, avec deux centristes, deux PLR et un UDC. Luana Menoud-Baldi retire donc sa candidature. De son côté, la gauche présentera quatre candidats le 28 novembre prochain.

Il s’agit des socialistes Jean-François Steiert, conseiller d’Etat sortant, et Valérie Piller Carrard, conseillère nationale, de la verte Sylvie Bonvin-Sansonnens, actuelle présidente du Grand Conseil, ainsi que de Sophie Tritten, présidente du Centre gauche-PCS. En revanche, la présidente du Parti socialiste Alizée Rey renonce. Lors du premier tour, cette dernière avait terminé en sixième position avec 25’402 voix. Elle relève: «Nous avons réussi cet important score dimanche grâce à cette Alliance de gauche. Dans l’intérêt de cette Alliance et pour permettre à Jean-François Steiert et Valérie Piller-Carrard d’être élus, j’ai décidé de me retirer. C’est une Alliance de cœur, mais des fois il faut faire des sacrifices». Réunis mardi soir à Cugy, les délégués du PS ont validé cette stratégie par 68 oui et 6 abstentions. L’Assemblée des Verts a également donné son feu vert.

Un revers historique pour le Centre

En face, le camp bourgeois mènera une campagne commune. Mais pour cela, le Centre a dû se résoudre à un gros sacrifice: retirer la candidature de Luana Menoud-Baldi. L’ex-PDC doit donc d’ores et déjà faire le deuil de l’un des trois sièges qu’il occupe actuellement au Gouvernement. Un revers historique. Il faut dire que la Glânoise n’a terminé que dixième de la première manche, avec 17’068 suffrages. Et le Centre sait qu’il aura besoin de soutien pour assurer la réélection de ses deux ministres sortants, Olivier Curty et Jean-Pierre Siggen. D’autant que ce dernier a été distancé dimanche dernier, n’obtenant que le neuvième rang avec 22’745 voix.

Mardi soir, les membres du Centre réunis à Villars-sur-Glâne ont accepté cette stratégie par 91 voix contre 9 (5 abstentions). Mais Luana Menoud-Baldi n’a pas caché son amertume. Elle a rappelé que le Centre était venu la chercher, car il était alors essentiel de présenter une femme. «Aujourd’hui, les partis de l’Entente ont décidé de bannir toute représentation féminine du ticket. Les arguments qui m’ont incitée à relever le défi ne sont plus ceux d’aujourd’hui», regrette-t-elle.  Le PLR, quant à lui, va sans surprise lancer ses deux candidats dans la course, à savoir le sortant Didier Castella (troisième du premier tour) et le député Romain Collaud (septième). Contacté, Sébastien Dorthe, président du PLR fribourgeois, déclare: «Je salue la décision du Centre de retirer la candidature de Luana Menoud-Baldi. La droite a désormais toutes les cartes en mains pour garder sa majorité au Conseil d’Etat».

l’UDC choisit Philippe Demierre

Enfin, rassemblé en même temps à Fribourg, le comité central de l’UDC a aussi dû faire un choix. Au premier tour, les démocrates du centre avaient présenté quatre candidats, qui ont tous terminé dimanche entre la onzième et la quatorzième place. Le Glânois Philippe Demierre a signé le meilleur résultat avec 14’107 voix, juste devant le Singinois Adrian Brügger (13’849 voix). Mais les discussions menées avec le Centre et le PLR ne permettaient pas à l’UDC de présenter plus d’un candidat. «Partir tout seul au deuxième tour, même si nous sommes un parti fort, ne nous laisserait aucune chance, il faut être clair», admet le député Nicolas Kolly. Le chef du groupe parlementaire UDC plaide donc pour une «nouvelle formule magique fribourgeoise», selon ses mots, avec deux sièges au Conseil d’Etat pour chacun des deux principaux partis du canton, à savoir le Centre et le PLR, et un siège pour chacune des trois autres formations principales, à savoir le PS, l’UDC et les Verts. Les démocrates du centre ont validé cette tactique par 53 voix contre 5 (3 abstentions). Et misent sur Philippe Demierre pour défendre leurs couleurs.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00