La Liberté

05.11.2020

Les seniors s'estiment injustement traités

Près de 56% des personnes âgées sondées estiment que la crise du coronavirus a permis d'augmenter la fréquence des contacts avec leur famille ou leurs amis. © Alain Wicht
Près de 56% des personnes âgées sondées estiment que la crise du coronavirus a permis d'augmenter la fréquence des contacts avec leur famille ou leurs amis. © Alain Wicht

NM

Partager cet article sur:

Environ 25% des personnes âgées auraient été victimes de traitements injustes du fait de leur âge pendant la première vague de coronavirus. C'est ce que révèle une étude lancée au printemps par la Haute école de travail social de Fribourg.

Parce qu’ils sont considérés comme des personnes à risque face au coronavirus, les 65 ans et plus ont été particulièrement visés par les mesures prises pour lutter contre la pandémie, spécialement durant la première vague. Et cela a laissé des traces. Ainsi, un senior sur deux pense que le regard que les plus jeunes portent sur eux a évolué de manière négative, voire très négative. Plus inquiétant encore, 75% des personnes âgées pensent que leur opinion n'a été que peu, voire pas du tout été entendue par les autorités. Et 3 sur 5 estiment que les médias ont véhiculé une image négative d'eux.

Toutefois, si un quart des sondés témoignent d'un sentiment de solitude accru, près de 56% relèvent au contraire que la crise a permis d'augmenter la fréquence des contacts avec leur famille ou leurs amis. L'étude, dont les résultats ont été dévoilés jeudi, a été menée entre le 17 avril et le 3 juin. Près de 5100 personnes âgées de 65 à 98 ans (dont 60% de femmes) originaires de toute la Suisse romande y ont pris part. A noter que ce travail va encore faire l’objet d’approfondissements qualitatifs. Et une enquête de suivi va être initiée dans les prochaines semaines grâce à un financement de la Fondation Leenaards.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00