La Liberté

18.12.2018

Peines fermes requises contre les supposés proxénètes

Selon l'accusation, la rue de la Grand-Fontaine a abrité, entre 2013 et 2017, les activités d'un clan familial de proxénètes roumains. © Vincent Murith-archives
Selon l'accusation, la rue de la Grand-Fontaine a abrité, entre 2013 et 2017, les activités d'un clan familial de proxénètes roumains. © Vincent Murith-archives

MRZ

La procureure Yvonne Gendre a demandé au Tribunal de la Sarine de condamner un homme et une femme à quatre ans de prison pour traite d'êtres humains. Ils auraient, selon l'accusation, contraint des compatriotes à se prostituer à Fribourg.

Ce sont au total trois personnes qui sont jugées depuis lundi. La troisième accusée, l'épouse de celui que le Ministère public présente comme le chef du supposé réseau de proxénètes, s'est elle-même prostituée à la Grand-Fontaine et a donc un double statut: à la fois victime et inculpée. Yvonne Gendre, qui la soupçonne d'avoir joué les «surveillantes» auprès de ses compatriotes, a requis contre elle une peine d'un an avec sursis pendant 3 ans.

Du côté de la défense, qui a dénoncé une instruction menée à charge sur la base d'un dossier orienté, on demande l'acquittement intégral et le versement, par l'Etat de Fribourg, d'importantes indemnités pour les deux accusés principaux. Ces deux personnes – dont une ancienne collaboratrice de l'association d'aide aux travailleuses du sexe Grisélidis – ont en effet passé près de deux ans en prison dans l'attente de leur procès.

Le Tribunal de la Sarine rendra son jugement vendredi.

==> Détails dans l'édition de mercredi de La Liberté

Articles les plus lus
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00