La Liberté

23.03.2021

Fini les rentes à vie pour les ministres fribourgeois

Les sept conseillers d’Etat actuellement en fonction, posant ici aux côtés de la chancelière Danielle Gagnaux-Morel tout à gauche, seront les derniers à bénéficier de rentes à vie. © Alain Wicht
Les sept conseillers d’Etat actuellement en fonction, posant ici aux côtés de la chancelière Danielle Gagnaux-Morel tout à gauche, seront les derniers à bénéficier de rentes à vie. © Alain Wicht

NM

Partager cet article sur:

C’en est fini des rentes à vie pour les conseillers d’Etat à la retraite. Désormais, les ministres seront simplement affiliés à la Caisse de prévoyance du personnel de l'Etat de Fribourg, comme l’est n’importe quel fonctionnaire.

Actuellement, un conseiller d’Etat quittant son poste touche une rente viagère variant en fonction de son âge et du nombre d’années passées au pouvoir. Au maximum, cette pension peut aller jusqu’à 60% du dernier traitement, sachant que le salaire annuel brut des membres du Gouvernement cantonal s’élève à 258’000 francs. Mais mardi après-midi, le Grand Conseil a mis fin à ce privilège en acceptant à l’unanimité une modification légale faisant suite à une motion de l’UDC Nicolas Kolly (Essert) et du PLR Romain Collaud (Massonnens), déjà validée il y a deux ans. «L’évolution de la société et le nouveau regard de la population sur les élus professionnels rendent la rente à vie peu compatible avec la flexibilité souvent prônée par le monde du travail», estime le centriste André Schoenenweid (Fribourg).

L’enjeu principal du débat résidait dans les dispositions transitoires à prévoir pour les élus quittant le pouvoir avant l’âge de la retraite. Le projet initial proposait, pour les ministres et les préfets qui démissionneraient ou ne seraient pas réélus après l’âge de 50 ans ou après au moins 10 ans en poste, une prestations pouvant aller jusqu’à 60% du dernier salaire jusqu’à ce qu’ils aient atteint l’âge donnant droit à une rente AVS. «Mais il n’est pas justifiable aujourd’hui qu’une personne puisse prendre sa retraite si vite aux frais de l’Etat», souligne Romain Collaud. Le parlement a donc suivi la proposition de la commission chargée d’examiner le projet, voulant que ce pont soit alloué aux magistrats ayant plus de 55 ans et ayant régné pendant au moins 5 ans.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00