La Liberté

30.04.2019

Débrayage bien suivi dans la fonction publique

Les Enseignants du collège Saint-Michel se trouvaient dans la cour d'honneur lors du débrayage. © Alain Wicht
Les Enseignants du collège Saint-Michel se trouvaient dans la cour d'honneur lors du débrayage. © Alain Wicht

ATS

Entre 2000 et 3000 personnes ont participé mardi à un débrayage d'une heure dans la fonction publique fribourgeoise. Ils protestaient contre les modalités de l'assainissement en discussion de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat.

Entre 2000 et 3000 personnes ont participé mardi matin à un débrayage d'une heure dans la fonction publique fribourgeoise. Ils protestaient contre les modalités de l'assainissement en discussion de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat de Fribourg (CPPEF).

Le débrayage, qui constituait une première à Fribourg de par son ampleur, est intervenu dans un contexte tendu entre personnel et Conseil d'Etat. Il a été organisé à l'appel du Syndicat des services publics (SSP) et de la Fédération du personnel de l’Etat (FEDE), qui rejettent en bloc les propositions du grand argentier Georges Godel.

La mobilisation des employés pour la défense de leurs retraites a ainsi dépassé 50% au collège Sainte-Croix à Fribourg, ont indiqué à Keystone-ATS des enseignants. "Cela fait plaisir de constater la motivation des gens dans un canton où l'on est peut habituer à contester", a relevé l'une d'entre elles d'origine neuchâteloise.

Satisfaction de mise
Sur le site principal du Conservatoire de Fribourg (COF), à Granges-Paccot, la mobilisation s'est révélée forte aussi. "Beaucoup de professeurs sont venus en dehors de leurs heures de travail", a noté Marlyse Fasel, représentante du corps enseignants du COF, sachant que les cours se donnent l'après-midi dans ce domaine.

La satisfaction était aussi de mise du côté des organisations de défense du personnel. "La mobilisation a été très importante", s'est réjoui Gaétan Emonet, porte-parole de la FEDE. Chaque site ou entité, école, hôpital, bâtiment administratif ou équipe sur le terrain (comme les cantonniers) devait prendre une photo de groupe.

"Dans les écoles primaires, le débrayage a duré entre 30 et 45 minutes, les élèves s'étant vus confier une activité", a précisé Gaétan Emonet, par ailleurs coprésident de la Fédération des associations fribourgeoises d'enseignants (FAFE). L'ensemble de la mobilisation s'est tenu dans une ambiance bon enfant.

Nouvelle rencontre

De son côté, Gaétan Zurkinden, secrétaire régional du SSP Fribourg, s'est montré enthousiaste. "C'est une très belle journée". Selon les premiers chiffres, entre 2000 et 3000 personnes ont débrayé, soit environ une personne concernée sur six. Quelque 350 personnes ont participé dans les collèges, autant dans les cycles d'orientation.

Dans les écoles primaires, ce nombre a atteint entre 500 et 600 à travers le canton. Du côté de l'Hôpital fribourgeois (HFR), les organisateurs ont compté 150-200 personnes. Avant le débrayage, le SSP et la FEDE avaient rappelé ne pas vouloir à ce stade perturber le bon fonctionnement des services de l'Etat.

"Si le Conseil d'Etat ne revoit pas sa copie, le personnel n’hésitera pas à faire le pas de la grève", a averti toutefois lundi le SSP. Une nouvelle réunion entre les représentants du personnel et le Conseil d'Etat se tiendra le 8 mai. Le 20 février, près de 4000 employés avaient déjà manifesté dans les rues du chef-lieu cantonal.

Caractère illicite

Début avril, la situation s'était tendue après le message délivré par le gouvernement, selon lequel le mouvement était considéré comme "illicite". L'exécutif estime que les participants risquent des sanctions, dans la mesure où, la négociation étant en cours, il n'y a pas lieu d'engager des mesures envisageables en dernier recours.

Le dossier de la réforme de la CPPEF, qui compte plus de 19'000 assurés, occupe le devant de la scène politique et social depuis plusieurs mois dans le canton de Fribourg. En vertu des exigences fédérales, le degré de couverture des engagements totaux de la caisse de pension devra atteindre au moins 80% d’ici à 2052.

Si rien n’est fait d’ici là, le taux de la CPPEF pourrait refluer à 45%. D'où l'assainissement mené par le conseiller d'Etat Georges Godel. La réforme prévoit une baisse du taux d’intérêt technique, soit le rendement moyen espéré, de 3,25 à 2,25%, et le passage d’un régime de primauté des prestations à un régime de primauté des cotisations.

Le débrayage, qui constitue une première à Fribourg de par son ampleur, intervient dans un contexte tendu entre les organisations de défense du personnel et le Conseil d'Etat.

Le SSP et la FEDE ont rappelé devant la presse que l'objectif consistait à protester contre le projet d'assainissement de la Caisse de prévoyance du personnel de l’Etat (CPPEF), projet rejeté en bloc en l'état, afin de marquer le mécontentement du personnel. Ils n'entendent pas à ce stade perturber le bon fonctionnement des services de l'Etat.

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00