La Liberté

18.12.2020

Résolution socialiste sur la pandémie rejetée par le Grand Conseil

Résolution socialiste sur la pandémie rejetée par le Grand Conseil © Charly Rappo-archive
Résolution socialiste sur la pandémie rejetée par le Grand Conseil © Charly Rappo-archive

ATS

Partager cet article sur:

Le Grand Conseil a rejeté, après un débat houleux, une résolution du groupe socialiste demandant au Conseil d'Etat d'agir pour ne pas amener le système de santé sur "une voie sans issue d'effondrement".

Le texte voulait le prier de restreindre les activités pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

La résolution a été rejetée par 54 voix contre 31 et 5 abstentions. Les arguments d'agir sans attendre de son auteur, le député PS Pierre Mauron, n'ont pas convaincu la droite du Grand Conseil, majoritaire. L'origine de sa démarche se trouvait dans la décision du Conseil d'Etat, mardi, d’alléger le dispositif et lever certaines restrictions, notamment pour les fitness et les lieux de loisirs.

Le député PLR Romain Collaud a parlé de populisme en évoquant de la résolution socialiste. Selon lui, "la tâche d'ouvrir ou de fermer, les restaurants par exemple, revient à la task force cantonale et au Conseil d'Etat, pas au législatif". "Résolution simpliste et démagogue", a ajouté le député UDC Nicolas Kolly, sans nier le besoin d'agir pour protéger la population et l'économie.

Attendre le Conseil fédéral

"Il faut attendre les prescriptions fédérales et trouver un juste milieu", a relevé le député PDC Hubert Dafflon, pour qui "la résolution n'apporte rien". Pas du tout l'avis du chrétien-social Benoît Rey, selon qui "un Grand Conseil qui se respecte doit se serrer les coudes", en référence notamment à la passe d'armes entre les députés Mauron et Kolly survenue jeudi.

La résolution du groupe socialiste demandait au Conseil d’Etat "de revenir à la raison, de prendre à nouveau ses responsabilités, dans l’intérêt des Fribourgeois, pour ne pas les amener dans une voie sans issue d’effondrement du système de santé".

Au contraire, le groupe PS voulait prier l'exécutif cantonal "de fermer et restreindre tous les secteurs qui doivent l’être, de décider rapidement des indemnisations suffisantes et nécessaires à la survie des secteurs touchés".

Jeudi déjà, les débats s'étaient révélés tendus. Les groupes PDC, PLR et UDC avaient voté une motion d'ordre démocrate du centre pour reporter de 24 heures la discussion de la résolution, inscrite à l'ordre du jour à court terme. Nicolas Kolly, président du groupe UDC par ailleurs, avait alors motivé la démarche en invoquant un manque de temps de préparation.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00