La Liberté

26.03.2018

«Le déni du PS ne va pas être crédible»

Le président des Verts Bruno Marmier et la candidate malheureuse du premier tour Sylvie Bonvin-Sansonnens étaient amers, hier lors du second tour à l'Hôtel cantonal. © Keystone
Le président des Verts Bruno Marmier et la candidate malheureuse du premier tour Sylvie Bonvin-Sansonnens étaient amers, hier lors du second tour à l'Hôtel cantonal. © Keystone

Propos recueillis par Nicolas Maradan

Après la non-qualification de leur candidate Sylvie Bonvin-Sansonnens au premier tour, les Verts n’avaient pas accordé leur soutien à la socialiste Valérie Piller Carrard pour la seconde manche. Le président Bruno Marmier à l'interview.

Cette défaite, c’est aussi un peu la vôtre, non?

Sans doute, d’une certaine manière. Mais, dès le départ, il était évident que Sylvie Bonvin-Sansonnens avait toutes les qualités pour gagner ce combat. D’ailleurs, les résultats du premier tour l’ont montré. Le Parti socialiste, parce que Pierre Mauron (député gruérien et très probable successeur de Valérie Piller Carrard au Conseil national si celle-ci avait été élue au Conseil d’Etat, ndlr), se trouvait dans l’ombre de Valérie Piller Carrard, a tenté un coup de poker. Aujourd’hui, le déni du PS, qui ne veut pas admettre sa responsabilité, ne va pas être très crédible devant les citoyens fribourgeois.

Est-ce que cette élection va marquer durablement les relations entre les partenaires de l’alliance de gauche?

Il faut d’abord rappeler que le PS a fait campagne contre les Verts au premier tour, répétant que Sylvie Bonvin-Sansonnens n’était pas une candidate suffisamment forte. Après un tel discours, il est très difficile de motiver les électeurs de Sylvie Bonvin-Sansonnens pour qu’ils se rallient à Valérie Piller Carrard. Bien sûr, des Verts l’ont tout de même soutenue en faisant le poing dans leur poche. Mais nous, en tant que parti, je ne vois pas très bien comment nous aurions pu soutenir une candidate qui a quitté l’alliance de gauche pour jouer sa propre carte au détriment de la pluralité de la gauche.

Comment faire, aujourd’hui, pour recoller les pots cassés?

Nous sommes toujours partants pour un vrai partenariat. C’est le PS qui a voulu jouer sa carte tout seul de son côté pour ensuite se casser la figure. Il faut aussi que les socialistes se demandent s’ils ont choisi la bonne personne pour cette élection.

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous à notre playlist Spotify
Abonnez-vous à notre playlist Spotify

Découvrez les playlists Spotify de La Liberté.

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00