La Liberté

19.10.2019

Des Yéniches devant la Saidef

Les Yéniches s’étaient initialement posés à quelques centaines de mètre de là, sur les lieux qu’ils occupaient il y a une dizaine d’années aux abords de l’ancienne décharge de la Pila. Mais comme le site est pollué, on leur a demandé de se déplacer.
Les Yéniches s’étaient initialement posés à quelques centaines de mètre de là, sur les lieux qu’ils occupaient il y a une dizaine d’années aux abords de l’ancienne décharge de la Pila. Mais comme le site est pollué, on leur a demandé de se déplacer.

FM

Huit caravanes abritant des familles yéniches se sont installées samedi devant l’entrée de l’usine d’incinération de la Saidef, à Châtillon. Le préfet de la Sarine a autorisé ces personnes à rester sur place quelques jours.

Huit caravanes abritant des familles yéniches se sont installées samedi devant l’entrée de l’usine d’incinération de la Saidef, à Châtillon, sur la commune d’Hauterive. Arrivés de Fribourg, où ils ont passé quelques jours sur une place à proximité de l’étang du Jura, ces nomades ont obtenu l’accord du préfet de la Sarine. «Je les ai autorisés à rester ici pour quelques jours, en attendant que l’on trouve une solution pour les loger», confirme Carl-Alex Ridoré.

Les Yéniches s’étaient initialement posés à quelques centaines de mètre de là, sur les lieux qu’ils occupaient il y a une dizaine d’années aux abords de l’ancienne décharge de la Pila. Mais comme le site est pollué, on leur a demandé de se déplacer.

L’emplacement prévu «complet»

Pourquoi ne gagnent-ils pas l’emplacement que l’Etat a mis à leur disposition à quelques encablures de La Pila? «Occupé par 22 familles, il est complet», répond Albert Barras, porte-parole de la communauté yéniche. Ce dernier explique que 20 autres familles sont à la recherche d’un endroit où dormir dans la région fribourgeoise. «Certaines d’entre elles ont pu être placées chez des privés. Mais il en reste huit à la recherche d’un emplacement. Ce sont elles qui sont actuellement devant la Saidef», relate-t-il.

Quelque 30 000 personnes d’origine yéniche vivent en Suisse. A la fin des années 1990, le Conseil fédéral leur a accordé le statut de «minorité nationale». La communauté souhaite disposer d’un deuxième emplacement d’hiver dans le canton de Fribourg, celui de Châtillon étant selon eux trop exigu. Et le site de la Joux des Ponts? «Ce n’est pas pour nous, mais pour les gens du voyage venant de l’étranger», affirme Albert Barras.

Articles les plus lus
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00