La Liberté

Dieudonné ne sera pas interdit de scène à Lausanne

La Ville de Lausanne ne reviendra pas sur sa décision d'autoriser les spectacles de Dieudonné prévus les 24, 25 et 26 janvier dans la capitale vaudoise. Mais elle a assorti son autorisation de «conditions particulières».

Le maire socialiste de Bruxelles a pris dimanche, en urgence, un arrêté pour interdire la tenue d'un spectacle de Dieudonné. © DR
Le maire socialiste de Bruxelles a pris dimanche, en urgence, un arrêté pour interdire la tenue d'un spectacle de Dieudonné. © DR

LIB/ATS

Publié le 19.01.2015
Partager cet article sur:

«La Municipalité de Lausanne a confirmé sa décision d’autoriser le spectacle donné par Dieudonné à Beaulieu cette fin de semaine, autorisation octroyée avant les attentats de Paris» indique-t-elle lundi dans un communiqué. Elle a décidé d’autoriser le spectacle en l’assortissant de conditions particulières, en particulier en ce qui concerne le strict respect du droit suisse en matière de norme antiraciste et l’absence de troubles à l’ordre public.

Et les autorités de Lausanne de préciser pour se justifier: «Attachée avant tout à la tolérance et au respect indispensables à l’équilibre d’une société multiculturelle équilibrée, la Municipalité exprime son soutien à la communauté juive comme à la communauté musulmane. Malgré le sentiment de dégoût qui résulte de thèses visant à minimiser les actes commis à Paris, la Municipalité a constaté que sa marge de manœuvre était restreinte».

Un spectacle «pas incompatible avec le droit suisse»

La municipalité rappelle qu'elle avait autorisé il y a quelques mois le spectacle de l'humoriste controversé, intitulé «La bête immonde». Elle avait estimé que le contenu du spectacle, joué plusieurs dizaines de fois en France, n'était a priori pas incompatible avec le droit suisse. Le droit et la jurisprudence suisses sont «très extensifs dans leur définition de la liberté d'expression», a-t-elle indiqué

La déclaration «Je me sens Charlie Coulibaly», intervenue depuis lors, est, selon le communiqué de la Ville de Lausanne, «au minimum d’un insigne mauvais goût et passible au maximum en France d’une peine de prison pour apologie du terrorisme».

L'humoriste en répondra d'ailleurs devant la justice française début février. Mais au sens du droit suisse, «cette déclaration ne semble pas passible de poursuites pénales», écrivent les autorités lausannoises.

Une annulation encore possible en cas de dérapages

L’organisateur des spectacles à Beaulieu, pour lequel les spectateurs devront débourser entre 59 et 95 francs, a accepté les conditions posées par les autorités lausannoises. La Municipalité rappelle par ailleurs qu’elle est en droit d’interrompre le spectacle et d’interdire les représentations suivantes au cas où elle constaterait des atteintes caractérisées à l’ordre et à la tranquillité publique, au sens de l’article 45 du Règlement général de police. Une annulation du spectacle ne donnerait alors pas lieu à indemnisation de l’organisateur.

Elle a également convenu de mettre à charge de l’organisateur une part des coûts supplémentaires des mesures destinées à assurer la sécurité des spectateurs et à garantir l’ordre public.

Des policiers dans la salle

Pour trouver «un chemin intermédiaire», la municipalité a demandé plusieurs avis de droit et a reçu June avalanche de lettres» qu'elle a utilisées pour faire «sa pesée de droit», a expliqué le syndic. Au final, le spectacle est autorisé, mais à la condition qu'il respecte strictement le droit suisse.

Deux inspecteurs de la police judiciaire assisteront aux trois représentations agendées du 24 au 26 janvier, à Beaulieu. Et le spectacle sera filmé, ce qui permettra au procureur de le visionner en cas de doute, a expliqué le syndic de Lausanne, Daniel Brélaz.

Dieudonné pourra également présenter son spectacle dans le canton de Neuchâtel. Les autorités de Val-de-Ruz ont annoncé lundi soir qu'elles donnent leur feu vert au spectacle, sous condition, comme à Lausanne.

A l'instar de leurs homologues de la capitale vaudoise, elles se disent "très choquées" par la "nouvelle provocation" de l'humoriste. S'il devait tenir des déclarations calomnieuses, diffamatoires ou contraires aux normes antiracistes lors des représentations lausannoises, celle dans leur commune serait aussitôt annulée.

 

 

 

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11