La Liberté

30.08.2018

Accusé de harcèlement sexuel, il quitte le Parti national écossais

Dans un message vidéo diffusé mercredi sur un réseau social, Alex Salmond affirme avoir pris la décision de quitter le SNP pour prévenir une "division interne" ainsi que des attaques de partis politiques à l'adresse de sa formation (archives). © KEYSTONE/AP/SCOTT HEPPELL
Dans un message vidéo diffusé mercredi sur un réseau social, Alex Salmond affirme avoir pris la décision de quitter le SNP pour prévenir une "division interne" ainsi que des attaques de partis politiques à l'adresse de sa formation (archives). © KEYSTONE/AP/SCOTT HEPPELL


30.08.2018

L'ancien Premier ministre écossais Alex Salmond a annoncé mercredi qu'il quittait le Parti national écossais (SNP) afin de ne pas porter préjudice à sa formation. Il est accusé d'agressions sexuelles.

La semaine dernière, le Scottish National Party, a annoncé que deux plaintes pour inconduite sexuelle avaient été déposées en janvier. Les faits auraient eu lieu en 2013 durant son mandat de chef de gouvernement (2007-2014). Alex Salmond a aussitôt réfuté les accusations formulées à son encontre.

Selon l'édition du quotidien écossais Daily Record du 24 août, deux membres de son équipe ont dénoncé des faits d'agressions sexuelles qui auraient notamment eu lieu dans la résidence officielle des Premiers ministres écossais.

Prévenir "une division interne"

Dans un message vidéo diffusé mercredi sur un réseau social, Alex Salmond affirme avoir pris la décision de quitter le SNP pour prévenir une "division interne" ainsi que des attaques de partis politiques à l'adresse de sa formation.

"Je ne suis pas entré en politique pour faciliter les attaques de l'opposition contre le SNP et, avec la reprise des travaux du parlement la semaine prochaine, j'ai présenté ma démission afin d'écarter ce sujet d'attaque de la part de l'opposition", a-t-il expliqué.

"Surtout, je suis conscient que si le parti se sentait contraint de me suspendre, cela causerait une importante division interne", a poursuivi M. Salmond. Il a assuré qu'il entendait demander à redevenir membre du SNP "dès que j'aurai eu la possibilité de défendre mon honneur".

Recours judicaire

M. Salmond, à la tête de l'exécutif écossais de 2007 à 2014, a annoncé vendredi sur Twitter avoir déposé un recours judiciaire contre le gouvernement. Il conteste la légalité de l'enquête interne menée par la secrétaire permanente du gouvernement.

"Cette procédure est tellement injuste que je n'ai pas été autorisé à voir et donc à contester les accusations portées contre moi", a-t-il déclaré.

"Grande tristesse"

Figure de proue des indépendantistes écossais, il avait contribué à la tenue d'un référendum sur l'indépendance de l'Ecosse en septembre 2014, que les Écossais avaient rejeté à 55%. Il avait démissionné de son poste de Premier ministre en novembre de la même année.

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, qui a aussi succédé à Salmond à la tête du SNP, a été mise sous pression par l'opposition qui réclamait que l'adhésion de Salmond au SNP soit suspendue le temps de l'enquête. Sturgeon a dit ressentir "une grande tristesse à propos de toute la situation" mais comprendre la décision de Salmond.

ats, reu, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00