La Liberté

20.01.2018

Attaque en cours contre l'hôtel Intercontinental de Kaboul

L'hôtel Intercontinental de Kaboul avait déjà été ciblé par une attaque meurtrière en 2011 (archives). © KEYSTONE/EPA/S. SABAWOON
L'hôtel Intercontinental de Kaboul avait déjà été  ciblé par une attaque meurtrière en 2011 (archives). © KEYSTONE/EPA/S. SABAWOON
Des agents de la la sécurité afghane cernent l'hôtel Intercontinental de Kaboul, attaqué par au moins quatre hommes armés. © KEYSTONE/EPA/JAWAD JALALI
Des agents de la la sécurité afghane cernent l'hôtel Intercontinental de Kaboul, attaqué par au moins quatre hommes armés. © KEYSTONE/EPA/JAWAD JALALI


20.01.2018

Les échanges de tirs se poursuivaient samedi soir à l'hôtel Intercontinental de Kaboul, plus de trois heures après le début de l'attaque contre cet établissement de luxe déjà visé en 2011. Au moins deux des quatre assaillants ont été tués.

Le directeur de l'établissement, Ahmad Haris Nayab, qui est sorti sain et sauf, a déclaré que les assaillants avaient pénétré dans la partie principale de l'hôtel en passant par les cuisines.

Un porte-parole du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi, a déclaré que le raid avait fait plusieurs morts et au moins six blessés. Il a ajouté que deux assaillants avaient été tués par des membres des forces spéciales.

Un témoin a déclaré que des membres du personnel de l'hôtel et des clients avaient été pris en otages.

L'hôtel, situé sur une colline dans l'ouest de Kaboul, était plongé dans l'obscurité et de hautes flammes s'échappaient du toit. Selon une source sécuritaire, le commando des assaillants a mis le feu au quatrième et avant-dernier étage de l'hôtel avant de se retrancher au deuxième étage.

"Je peux entendre des coups de feu qui semblent provenir du premier étage, mais je ne sais pas où ils sont. Nous sommes cachés dans nos chambres. Faites que les secours arrivent vite", a supplié un client retranché au 3e étage, joint au téléphone par l'AFP, sous couvert de l'anonymat.

Série d'alertes

Le commando s'est introduit dans l'hôtel peu après 21h00 (18h30 en Suisse), déclenchant une explosion pour s'ouvrir la voie avant de tirer, à la grenade notamment, sur les gardes et les clients. L'électricité a été aussitôt coupée dans le quartier.

Un journaliste de la chaîne de télévision locale Tolo News qui se trouve sur les lieux a rapporté sur Twitter que les assaillants ont d'abord abattu les gardes de sécurité postés à l'entrée du complexe.

Cette opération, apparemment bien préparée, intervient après une série d'alertes particulièrement précises depuis 48 heures concernant la possibilité d'attaque contre des hôtels et lieux fréquentés par les étrangers à Kaboul.

Différentes rencontres

Les principaux axes menant à l'établissement ont été fermés à la circulation, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Najib Danish, a indiqué qu'une "compagnie privée était chargée depuis deux semaines d'assurer la sécurité de l'hôtel". "Nous enquêtons pour comprendre par où sont entrés les assaillants, ils ont pu utiliser les portes de l'arrière-cuisine", a-t-il estimé.

L'hôtel Intercontinental de Kaboul, qui compte quatre restaurants - mais n'appartient pas à la chaîne internationale éponyme - accueille fréquemment des mariages, des conférences et des réunions politiques. Sa terrasse illuminée au-dessus de Kaboul est particulièrement prisée des classes aisées.

Un responsable du ministère des Télécommunications, Abdullah Sabet, a indiqué qu'une quarantaine de directeurs et responsables provinciaux du pays séjournaient samedi soir à l'hôtel, en vue d'une conférence prévue dimanche. "Nous ne savons pas s'ils ont été blessés ou tués", a-t-il confié. Une conférence sur la présence et l'investissement chinois en Afghanistan s'y est tenue samedi matin.

Attaque en 2011

L'établissement, l'un des deux cinq étoiles de la capitale, ouvert en septembre 1969, a été la cible d'une précédente attaque en juin 2011, revendiquée par les talibans, qui avait fait 21 morts.

Les neuf assaillants avaient été abattus après l'intervention des forces spéciales afghanes appuyées par les hélicoptères de l'Otan pour mettre fin à la tuerie.

Depuis, l'hôtel avait renforcé la surveillance. Mais une journaliste a constaté samedi matin que la fouille au corps, à l'entrée même du bâtiment, pouvait être aisément contournée en sautant les barrières.

L'attaque intervient quelques jours après la visite d'une délégation du Conseil de sécurité des Nations unies à Kaboul qui s'est achevée lundi, et au lendemain d'une réunion de haut niveau du Conseil au siège de l'NU à New York consacrée à l'Afghanistan.

A Washington, le Département d'Etat a indiqué "suivre la situation avec les autorités locales pour déterminer si des ressortissants américains ont été affectés".

ats, afp, reu

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00