La Liberté

15.08.2018

Attentat de Londres: le suspect accusé de "tentative de meurtre"

Les enquêteurs ont établi que le véhicule utilisé dans l'attaque était arrivé de Birmingham à Londres lundi soir. © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN
Les enquêteurs ont établi que le véhicule utilisé dans l'attaque était arrivé de Birmingham à Londres lundi soir. © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN
La patronne de Scotland Yard, Cressida Dick, a évoqué mercredi sur la BBC la possible piétonnisation des abords du parlement, afin de renforcer la sécurité de cette zone plusieurs fois prise pour cible. © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN
La patronne de Scotland Yard, Cressida Dick, a évoqué mercredi sur la BBC la possible piétonnisation des abords du parlement, afin de renforcer la sécurité de cette zone plusieurs fois prise pour cible. © KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN


15.08.2018

L'homme arrêté après l'attaque à la voiture bélier commise mardi matin à Londres est un citoyen britannique de 29 ans d'origine soudanaise, a indiqué mercredi la police britannique. Il fait l'objet d'une enquête pour "tentative de meurtre".

"La priorité des enquêteurs est toujours de comprendre les motivations de cet incident", a précisé la police dans un communiqué. "Compte tenu du fait que son acte semble être délibéré, de la méthode et de l'importance symbolique de ce lieu, l'affaire est traitée comme un événement terroriste et l'enquête est dirigée par des agents du commandement de l'antiterrorisme de la Metropolitan Police", poursuit le communiqué.

Le suspect refuse de coopérer avec les enquêteurs. Il a été arrêté sur les lieux de l'incident en vertu de la loi de 2000 sur le terrorisme et placé en détention pour commission, préparation et instigation présumées d'actes de terrorisme.

Perquisitions

La police antiterroriste, chargée de l'enquête, procédait mercredi midi à une quatrième perquisition à Birmingham après avoir déjà mené ses recherches depuis mardi soir dans deux autres adresses dans la ville, ainsi qu'à Nottingham (centre).

Cet attentat présente de nombreuses similitudes avec celui perpétré en mars 2017 par un Britannique converti à l'islam, qui avait fait cinq morts et des dizaines de blessés. L'assaillant avait percuté des passants avec son véhicule avant de poignarder mortellement un policier devant le parlement, un attentat revendiqué par le groupe djihadiste Etat islamique (EI).

L'auteur de l'attaque habitait à Sparbrook, un quartier de Birmingham situé près du lieu d'habitation supposé du suspect de mercredi, relevaient les médias.

Les enquêteurs ont établi que le véhicule utilisé dans l'attaque était arrivé de Birmingham à Londres lundi soir. Ils ont lancé un appel à témoins pour déterminer "les déplacements (du suspect) dans les heures qui ont précédé" l'attaque.

Gérant d'un magasin

Selon le Daily Telegraph, le suspect habitait dans le quartier de Hall Green, à Birmingham, où il est gérant d'un magasin. Il avait étudié à l'université des sciences et technologies de Khartoum, d'après sa page Facebook, et serait arrivé au Royaume-Uni il y a cinq ans.

Le quotidien avance qu'il était connu des services de police de Birmingham. Le chef de l'antiterrorisme, Neil Basu, avait déclaré mardi qu'il n'était "pas connu" de la police londonienne et des renseignements intérieurs (MI5).

Un porte-parole de l'université de Coventry (centre) a confirmé qu'il avait récemment quitté l'établissement après avoir échoué en première année d'études de comptabilité.

"Il ne parlait à personne"

Selon le Daily Mail, le suspect est le fils de fermiers soudanais de Wad Madani, au sud-est de Khartoum, et aurait immigré seul au Royaume-Uni. Il avait perdu ces derniers mois son frère et son père.

"C'était quelqu'un de très très calme, il ne parlait jamais à personne", a confié à la BBC un membre de la communauté soudanaise de Birmingham. "J'ai été choqué quand j'ai vu sa photo dans le journal".

L'attaque de mardi a fait trois blessés légers, dont deux ont été brièvement hospitalisés. Les images de surveillance montrent le véhicule gris métallisé quitter sa trajectoire vers un passage piéton, puis foncer vers deux policiers qui s'écartent in extremis avant que la voiture ne percute une barrière de sécurité du parlement.

Piétonnisation des abords du parlement

La patronne de Scotland Yard, Cressida Dick, a évoqué mercredi sur la BBC la possible piétonnisation des abords du parlement, afin de renforcer la sécurité de cette zone plusieurs fois prise pour cible. Le maire de Londres Sadiq Khan s'est dit favorable au projet.

La Première ministre Theresa May a rappelé mardi que 676 enquêtes étaient menées fin juin par les services britanniques de l'antiterrorisme. Au cours des 18 derniers mois, treize projets d'attentats islamistes ont été déjoués au Royaume-Uni.

ats, reu, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00