La Liberté

Berne veut étendre les procédures d'asile rapides

Un dortoir du centre d'asile de la Confédération à Zurich où a été lancé le projet pilote en novembre dernier (Archives). © KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER
Un dortoir du centre d'asile de la Confédération à Zurich où a été lancé le projet pilote en novembre dernier (Archives). © KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER


Publié le 17.02.2024


La Confédération veut étendre à tous les centres fédéraux d'asile les procédures rapides de 24 heures pour les requérants originaires de pays d'Afrique du Nord dont le taux de reconnaissance des requêtes est très bas. Un projet pilote existe à Zurich depuis novembre.

Le nombre de demandeurs d'asile en provenance des pays du grand Maghreb a baissé depuis lors de près de 34%, a indiqué samedi à Keystone-ATS le Département fédéral de justice et police (DFJP), confirmant un article des journaux de Tamedia. Dans les autres centres d'asile fédéraux, ce nombre a au contraire augmenté de plus de 8% durant la même période.

A Zurich, le week-end, alors que les nouveaux venus ne sont pas enregistrés pour des questions de ressources, les Nords-Africains repartent avant même que leur demande ne soit officiellement enregistrée, ont constaté les autorités. Certains semblaient ne même pas vouloir engager une procédure d'asile.

Phénomène du week-end

"Dans de nombreux cas, il s'agit manifestement d'avoir un logement pour le week-end", explique le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), cité par les journaux de Tamedia. Certains week-ends, le nombre de personnes se présentant au centre fédéral d'asile de Zurich est supérieur à la moyenne, en particulier à l'occasion de la Züri-Fäscht, de la Street Parade ou lors d'ouvertures dominicales des commerces.

"Une partie d'entre elles se font malheureusement remarquer par un comportement délictueux", selon le SEM. On ignore où se trouvent les personnes avant et après le week-end. En semaine ces derniers mois, le nombre de demandes d'asile déposées au centre fédéral de Zurich par des personnes originaires d'Algérie, de Libye, du Maroc et de Tunisie n'excède pas trois ou quatre.

Fort de cette expérience zurichoise, le ministre de la Justice Beat Jans veut maintenant étendre le projet pilote à tous les centres d'asile fédéraux, là où sont déposées les demandes. Il s'agit des six centres ayant une fonction de procédure, à savoir, outre Zurich, ceux de Berne, Boudry (NE), Altstätten (SG), Chiasso (TI) et Bâle.

Moins d'une sur cinquante

Selon le SEM, moins de 2% des demandes d'asile de personnes originaires d'Algérie, du Maroc et de Tunisie sont acceptées. Et de nombreux ressortissants de ces pays indiquent à tort la Libye comme pays d'origine.

En accélérant le traitement de ces demandes généralement infondées, on désengorge les centres d'asile et on crée des places pour les personnes qui ont vraiment besoin de la protection de la Suisse, poursuit le SEM. Cette nouvelle procédure rapide devait être testée et évaluée jusqu'à fin février 2024, indiquait en novembre le SEM.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11