La Liberté

22.03.2019

Boeing va équiper les 737 MAX d'un signal de dysfonctionnements

Boeing a suspendu les livraisons de ses 737 MAX, mais a décidé de poursuivre leur production, malgré deux accidents (archives). © KEYSTONE/AP Houston Chronicle/YI-CHIN LEE
Boeing a suspendu les livraisons de ses 737 MAX, mais a décidé de poursuivre leur production, malgré deux accidents (archives). © KEYSTONE/AP Houston Chronicle/YI-CHIN LEE


22.03.2019

Les Boeing 737 MAX seront désormais tous équipés d'un signal d'alerte lumineux pour avertir de tout dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS, a indiqué jeudi une source industrielle. Ce système est mis en cause dans l'accident d'un appareil de ce type.

Cette fonctionnalité, qui était jusqu'à présent optionnelle, va devenir partie intégrante de l'avion. C'est une des modifications que Boeing va présenter aux autorités américaines ainsi qu'aux compagnies clientes dans les prochains jours, a ajouté cette source sous couvert d'anonymat.

Ni le 737 MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air, qui s'est abîmé en mer en octobre 2018, faisant 189 morts, ni celui d'Ethiopian Airlines, qui s'est écrasé le 10 mars, faisant 157 morts, n'étaient équipés d'un tel signal.

American Airlines, qui exploite 24 737 MAX 8, avait, elle, acheté l'option, anticipant de potentiels désaccords entre les systèmes de l'avion, a indiqué à l'AFP une source interne. Idem pour Southwest, plus grosse cliente de cet avion, qui a même rajouté en début d'année une option supplémentaire visant à activer le "Primary Flight Display (PFD), qui rassemble tous les paramètres nécessaires au pilotage, assure une porte-parole.

Important pour le vol

Si l'agence fédérale américaine de l'aviation, la FAA, n'avait pas estimé que ce signal était obligatoire jusqu'en début de mois, les experts jugent qu'il est important pour la sécurité d'un vol.

"Il y a eu manifestement un excès de confiance dans la transition du 737NG vers le MAX. Boeing a sous-estimé les changements nécessaires (...), sous-estimé les compagnies clientes qui veulent faire des économies à tous les niveaux opérationnels", a indiqué l'un d'eux, sous couvert de l'anonymat.

Pour un autre expert, le prix du signal d'alerte n'est pas exorbitant. Si Boeing en avait fait une option, c'est parce qu'il le pouvait et pour gagner de l'argent: "C'est aussi simple que cela".

D'après les premiers éléments de l'enquête concernant Lion Air, une des deux sondes d'incidence ("Angle of attack" - AOA) était tombée en panne. Un autre problème est apparu lors de ce même accident: bien que défaillante, la sonde a continué à transmettre des informations aux calculateurs, notamment au MCAS.

Or cet instrument prend la main sur les commandes de vol et met l'avion en piqué, même si le pilote tente de faire le contraire, tant que le système n'est pas désactivé.

Une enquête criminelle sur le développement du 737 MAX a été ouverte aux Etats-Unis, tandis qu'un audit sur sa certification a été mandaté par le ministère américain des transports.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00