La Liberté

Bombardements meurtriers à Gaza, un émissaire américain en Israël

Quelque "800'000" Palestiniens ont "été forcés de fuir" Rafah selon l'ONU © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Quelque "800'000" Palestiniens ont "été forcés de fuir" Rafah selon l'ONU © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Quelque "800'000" Palestiniens ont "été forcés de fuir" Rafah selon l'ONU © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Quelque "800'000" Palestiniens ont "été forcés de fuir" Rafah selon l'ONU © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Que reste-t-il à détruire, demande une habitante de Gaza, interrogée par l'AFP. Ici le camp de réfugiés de Nuseirat. © KEYSTONE/AP/Ismael Abu Dayyah
Que reste-t-il à détruire, demande une habitante de Gaza, interrogée par l'AFP. Ici le camp de réfugiés de Nuseirat. © KEYSTONE/AP/Ismael Abu Dayyah


Publié le 19.05.2024


L'armée israélienne a intensifié ses frappes sur la bande de Gaza dont l'une a tué dimanche 31 Palestiniens dans un bâtiment résidentiel, a indiqué la défense civile locale, à l'heure où un émissaire américain est en Israël pour parler de la guerre qui perdure.

Au huitième mois du conflit entre Israël et le Hamas déclenché par une attaque sans précédent le 7 octobre du mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien, les combats ont repris de plus belle à Jabalia (nord), où le Hamas a repris pied selon l'armée, et se poursuivent à Rafah (sud), d'après des témoins.

Quelque "800'000" Palestiniens ont "été forcés de fuir" Rafah selon l'ONU pour s'entasser notamment à Khan Younès, plus au nord, depuis l'ordre d'évacuation israélien le 6 mai, un jour avant l'entrée des chars israéliens dans l'est de cette ville surpeuplée où la communauté internationale craint pour la population civile.

Avant l'aube, une frappe aérienne israélienne a touché l'immeuble de la famille Hassan dans le camp de réfugiés de Nousseirat (centre), ont indiqué l'hôpital al-Aqsa, la Défense civile de Gaza et des témoins.

"La défense civile a pu récupérer les corps de 31 martyrs et 20 blessés des décombres", a déclaré le porte-parole de l'organisation de Gaza, Mahmoud Bassal.

"Un bâtiment entier a été détruit. Il y a encore des corps sous les décombres", a déclaré Yasser Abou Oula, un témoin. "Tous sont des civils."

Dans le nord du territoire palestinien assiégé et dévasté, l'hôpital Al-Ahli Arab a fait état de trois morts dans un raid israélien sur une école abritant des déplacés dans l'est de Gaza-Ville.

"Contre une superpuissance?"

Des témoins ont rapporté des explosions et des combats continus toute la nuit à Jabalia, après que l'armée a ordonné l'évacuation de quartiers d'où des roquettes ont été tirées sur Israël.

Début janvier, l'armée avait dit avoir neutralisé le Hamas dans le nord de Gaza, mais d'après elle, le mouvement a repris pied à Jabalia entraînant une nouvelle opération au sol de ses soldats.

"J'en appelle à tous ceux qui ont une once d'humanité. Des massacres ont lieu ici. Des enfants sont déchiquetés. Quelle est la faute de ces femmes et enfants? Je ne comprends pas, vous pensez que vous vous battez contre une superpuissance? Je jure que ce sont les civils qui meurent", a lancé Abou Nabil, un habitant de Jabalia.

Dans le sud du territoire, l'armée a annoncé intensifier ses opérations à Rafah avec l'objectif affiché d'y anéantir les derniers bataillons du Hamas. Les combats ont principalement lieu dans le secteur est.

Le Hamas a fait état de "combats féroces" avec des tirs d'obus et de missiles antichar dans l'est et le sud-est de Rafah.

"Que reste-t-il à détruire"?

"Il n'y a ni sécurité, ni nourriture, ni eau. Des bombardements continus depuis des mois, jour et nuit, nous sommes terrorisés (...) Que reste-t-il à détruire?", s'écrie Rinad Joudeh, une habitante de Rafah.

"Si l'armée étend ses opérations nous ne pourrons que fuir. Aller à Al-Mawasi c'est comme aller en enfer de son propre gré", a-t-elle dit en allusion à un secteur au sud-ouest de Rafah où ont fui de nombreux Palestiniens.

Premier soutien d'Israël, les Etats-Unis, qui s'opposent à une offensive d'ampleur à Rafah, ont envoyé en Israël le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, qui a eu des entretiens avec les dirigeants du pays.

Dissensions

La visite de M. Sullivan a coïncidé avec de profondes dissensions au sommet de l'Etat israélien.

Benny Gantz, membre du cabinet de guerre de Benjamin Netanyahu, a menacé de démissionner si un "plan d'action" pour l'après-guerre à Gaza n'était pas adopté d'ici trois semaines. Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a sommé M. Netanyahu de "préparer immédiatement" une "alternative gouvernementale au Hamas".

Le premier ministre a accusé M. Gantz de vouloir "renverser le gouvernement".

Conséquences "apocalyptiques"

Depuis que l'armée israélienne a pris et fermé le 7 mai le passage de Rafah avec l'Egypte, l'acheminement de l'aide humanitaire est quasiment à l'arrêt. Ce passage est crucial pour les aides dont le carburant, indispensable aux hôpitaux et à la logistique humanitaire.

Et malgré une jetée temporaire construite par les Américains près de la plage de Gaza pour l'arrivée des aides, l'ONU répète que seule l'ouverture des passages routiers peut garantir les nécessaires livraisons à grande échelle.

Le blocage de l'aide pourrait avoir des conséquences "apocalyptiques", a prévenu le chef des Affaires humanitaires de l'ONU, Martin Griffiths.

Le 7 octobre, des commandos du Hamas infiltrés de la bande de Gaza voisine dans le sud d'Israël, ont mené une attaque qui a tué plus de 1170 personnes, majoritairement des civils, selon un bilan de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes. Sur les 252 personnes emmenées comme otages durant l'attaque, 125 sont toujours détenues à Gaza, dont 37 mortes selon l'armée.

Israël a juré de détruire le Hamas qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et qu'il considère comme terroriste de même que les Etats-Unis et l'Union européenne.

Son armée a lancé des bombardements intenses sur le petit territoire surpeuplé, soumis avant le siège à un blocus israélien pendant plus de 15 ans, puis une offensive terrestre. Bilan: au moins 35'456 morts la plupart des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza dirigé par le Hamas, des destructions colossales et une catastrophe humanitaire avec les quelque 2,4 millions d'habitants menacés de famine d'après l'ONU.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11