La Liberté

16.02.2019

Cachemire indien: funérailles des paramilitaires tués

Des chaînes de télévision montraient samedi la foule transportant des cercueils recouverts du drapeau indien dans plusieurs villes dont Gaya et Unnao. © KEYSTONE/AP/RAJESH KUMAR SINGH
Des chaînes de télévision montraient samedi la foule transportant des cercueils recouverts du drapeau indien dans plusieurs villes dont Gaya et Unnao. © KEYSTONE/AP/RAJESH KUMAR SINGH


16.02.2019

Des milliers de personnes en Inde ont assisté samedi aux funérailles de plusieurs des 41 paramilitaires tués dans un attentat au Cachemire. L'attaque a suscité des appels à la vengeance.

Un attentat suicide, revendiqué par un groupe islamiste basé au Pakistan, a frappé jeudi après-midi un convoi transportant quelque 2.00 paramilitaires de la Central Reserve Police Force (CRPF) de retour de congés. L'attaque, qui s'est produite sur une autoroute à une vingtaine de kilomètres de Srinagar, est la plus meurtrière depuis le début de l'insurrection dans cette région poudrière disputée avec le Pakistan.

Des chaînes de télévision montraient samedi la foule transportant des cercueils recouverts du drapeau indien dans plusieurs villes dont Gaya (est) et Unnao (nord). Les corps des paramilitaires ont été ramenés vendredi soir à New Delhi.

Le Premier ministre Narendra Modi a promis de "faire payer le prix fort" aux responsables de l'attentat. "Je suis fier du martyre de mon fils. J'attends du gouvernement indien qu'il venge ces meurtres", a déclaré aux journalistes le père de l'un des soldats, Brish Soreng.

Base arrière

L'Inde reproche au Pakistan de laisser l'organisation Jaish-e-Mohammed (JeM), qui a revendiqué l'attaque, opérer en toute liberté sur son territoire et s'en servir comme base arrière dans son combat contre New Delhi.

Région himalayenne revendiquée par les deux nations depuis la fin de la colonisation britannique en 1947, le Cachemire est divisé de facto entre ces frères ennemis d'Asie du Sud. Les forces indiennes dans la partie sous contrôle de New Delhi sont estimées à un demi-million d'hommes, ce qui en fait l'une des zones les plus militarisées du monde.

L'Inde accuse de longue date le Pakistan de soutenir en sous-main les infiltrations et la rébellion armée, ce qu'Islamabad a toujours démenti.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00