La Liberté

15.02.2018

Clash au sein du centre droite vaudois

Les candidats au Conseil d'Etat vaudois Isabelle Chevalley (Vert'libéraux), Jacques Nicolet (UDC) et Jacqueline de Quattro (PLR) en mai 2017 avant que l'alliance entre les trois formations explose (archives). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Les candidats au Conseil d'Etat vaudois Isabelle Chevalley (Vert'libéraux), Jacques Nicolet (UDC) et Jacqueline de Quattro (PLR) en mai 2017 avant que l'alliance entre les trois formations explose (archives). © KEYSTONE/LAURENT GILLIERON


15.02.2018

L'UDC Vaud veut claquer la porte du Centre droite vaudois, alliance à laquelle appartiennent aussi le PLR et les Vert'libéraux. Sa direction estime ne pas être assez soutenue par ses partenaires au Grand Conseil et juge "inadmissibles" certaines de leurs déclarations.

Depuis "fort longtemps", UDC et PLR se sont rapprochés et discutent au sein de cette plateforme où ils ont été rejoints par les Vert'libéraux pour les élections cantonales de 2017. "Mais la plus-value pour nous n'est pas si évidente", explique jeudi à l'ats Jacques Nicolet, président de l'UDC Vaud.

Un exemple? Le "peu de soutien" du PLR au Grand Conseil lors du vote sur la création d'une commission d'enquête parlementaire (CEP) sur le service pénitentiaire. "Certains libéraux-radicaux se sont rétractés en cours de route alors que ce projet méritait d'être soutenu. Ce ne sont pas des partenaires fiables, loyaux", lâche celui qui est aussi conseiller national.

L'UDC aurait également aimé plus d'engagement sur l'interdiction cantonale des locaux d'injection. Et déplore de récentes déclarations issues de membres des deux autres partis.

Journal torchon

Le secrétaire général des Vert'libéraux Michael Dupertuis a ainsi qualifié le journal de l'UDC Suisse de "torchon de propagande" et de "mensonge". Le président du PLR Frédéric Borloz a traité d'"extrémiste" le candidat UDC à la municipalité d'Aigle.

Interrogé par l'ats, Frédéric Borloz relativise. "Ces propos ont été pris hors contexte et tout cela est un peu risible. En ce qui me concerne, ce n'est pas grand-chose. Reste que je prends acte, je respecte et la vie continue".

Et le président du PLR cantonal d'ajouter que si l'UDC ferme la porte, son parti ne fait pas de même. En politique, "ce sont les alliances qui ont fait les succès" et s'agissant du manque de soutien PLR pour la création de la CEP, il estime que "l'on ne peut pas obliger les uns à voter pour les autres".

Collaboration possible

Les Vert'libéraux se sont eux fendus d'un très bref communiqué dans lequel ils disent prendre acte et regretter ce choix. Ils espèrent que les trois partis continueront à collaborer sur des sujets économiques.

La décision de quitter cette alliance a été prise la veille par la direction de l' UDC Vaud qui dit vouloir ainsi renoncer à "disperser ses forces dans cette coalition improductive". Elle sera soumise au Comité central du parti lors de sa prochaine séance début mars.

L'alliance de ces trois partis avait échoué à renverser la majorité de gauche au Conseil d'Etat. Mais elle détenait une majorité de sièges au Grand Conseil.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00