La Liberté

15.02.2019

Concert humanitaire en Colombie pour faire pression sur Maduro

La date du 22 février choisie pour la tenue de ce concert n'est pas anodine. Elle précède le jour prévu par Juan Guaido pour que l'aide humanitaire envoyée des Etats-Unis entre au Venezuela. © KEYSTONE/EPA EFE/CRISTIAN HERNANDEZ
La date du 22 février choisie pour la tenue de ce concert n'est pas anodine. Elle précède le jour prévu par Juan Guaido pour que l'aide humanitaire envoyée des Etats-Unis entre au Venezuela. © KEYSTONE/EPA EFE/CRISTIAN HERNANDEZ


15.02.2019

Un grand concert est prévu vendredi prochain à Cucuta, ville colombienne à la frontière du Venezuela, par le milliardaire Richard Branson. Le Britannique souhaite lever des fonds à destination de la population vénézuélienne et faire pression sur le régime de Maduro.

Le Portoricain Luis Fonsi, interprète du tube planétaire "Despacito", le Britannique Peter Gabriel (ex-Genesis), les Espagnols Miguel Bosé et Alejandro Sanz ou la Brésilienne Anitta sont annoncés, aux côtés de figures régionales tels que le Vénézuélien Nacho ou les Colombiens Carlos Vives et Juanes, parmi une vingtaine d'artistes, lit-on sur le site internet de l'événement, venezuelaaidlive.com.

"Notre but est de lever 100 millions de dollars en 60 jours et de rouvrir la frontière vénézuélienne pour que l'aide humanitaire puisse enfin parvenir aux millions de personnes qui en ont le plus besoin", est-il écrit en anglais sur le site.

Juan Guaido, chef du Parlement reconnu comme président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays, et Leopoldo Lopez, opposant au régime chaviste en résidence surveillée, "nous ont demandé de les aider à organiser un beau concert pour attirer une attention mondiale sur cette crise inacceptable", déclare M. Branson, le fondateur du groupe Virgin, dans une vidéo.

Date symbolique

La date du 22 février précède le jour prévu par Juan Guaido pour que l'aide humanitaire envoyée des Etats-Unis, mais refusée par le régime chaviste et stockée depuis le 7 février à Cucuta, entre au Venezuela. M. Maduro refuse cette assistance qu'il voit comme un prétexte pour une intervention militaire des États-Unis.

Des militaires vénézuéliens ont renforcé jeudi à l'aube le blocage du pont frontalier de Tienditas, qui relie Cucuta à Ureña côté vénézuélien. De nouveaux conteneurs ont été placés en travers de ce pont. Une vingtaine de membres armés de la Garde nationale patrouillaient dans la zone.

Le pays, jadis prospère grâce au pétrole, est en proie à une profonde crise économique, avec de graves pénuries de nourriture et de médicaments. Plus de deux millions de Vénézuéliens ont fui le pays depuis 2015, selon l'ONU. M. Maduro attribue ces difficultés au blocus économique imposé par les Etats-Unis.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00