La Liberté

11.01.2019

Crimes nazis: l'Allemagne "consciente de sa responsabilité"

Le président grec Prokópis Pavlópoulos a reçu vendredi Angela Merkel à Athènes. © KEYSTONE/EPA ANA-MPA/ALEXANDROS VLACHOS
Le président grec Prokópis Pavlópoulos a reçu vendredi Angela Merkel à Athènes. © KEYSTONE/EPA ANA-MPA/ALEXANDROS VLACHOS


11.01.2019

L'Allemagne "est consciente de sa responsabilité historique" pour "la souffrance" infligée en Grèce pendant la période nazie. C'est ce qu'a déclaré vendredi Angela Merkel lors de sa première visite officielle à Athènes depuis 2014.

La revendication de réparations financières réclamées à l'Allemagne en compensation des crimes commis lors de l'occupation du pays par les nazis (1941-1944) et d'un emprunt forcé à la Grèce contracté en 1942 est un vieux débat en Grèce ravivé par la crise de la dette ces dernières années. Un rapport de la Comptabilité nationale grecque avait dans le passé évalué le montant des réparations à 162 milliards d'euros.

Lors de sa première visite en Grèce depuis 2014, la chancelière allemande a voulu apaiser le climat tendu entre les deux pays au pic de la crise grecque (2010-2014), l'Allemagne étant associée dans l'esprit des Grecs aux politiques de rigueur stricte imposées au pays pour éviter le risque d'un défaut de paiement et une implosion de la zone euro.

L'Allemagne "est consciente de sa responsabilité historique" pour "la souffrance" infligée par les nationaux-socialistes en Grèce. Un soutien de Berlin à la Grèce se fait "au bénéfice des deux pays, la Grèce et l'Allemagne", a souligné Angela Merkel, selon une traduction en grec transmise en direct par la télévision publique ERT.

Lors de son entretien jeudi soir avec le Premier ministre Alexis Tsipras, elle a loué les sacrifices des Grecs pendant la crise et reconnu le courage du gouvernement grec sur la question cruciale du nouveau nom de la Macédoine.

Traités internationaux

Officiellement, pour Berlin, le sujet des réparations et des dédommagements de guerre a été définitivement réglé via des traités internationaux, mais certains responsables sont moins catégoriques.

En 2014, l'ex-président allemand Joachim Gauck avait publiquement demandé "pardon au nom de l'Allemagne" aux familles des victimes d'un massacre commis par l'armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale dans des montagnes du nord de la Grèce.

Angela Merkel doit quitter Athènes en début d'après-midi après un entretien avec le leader de l'opposition de droite Nouvelle-Démocratie, Kyriakos Mitsotakis. Elle doit aussi s'entretenir dans la journée avec le président de la République hellénique, Prokopis Pavlopoulos.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00