La Liberté

18.05.2020

Crise différente de la Grande Dépression, selon le patron de la Fed

"La chose qui compte plus que toute autre pour le moment ce sont les indicateurs médicaux", a indiqué le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell (archives). © KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS
"La chose qui compte plus que toute autre pour le moment ce sont les indicateurs médicaux", a indiqué le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell (archives). © KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS
Partager cet article sur:
18.05.2020

La crise économique provoquée par la pandémie présente "des différences fondamentales" avec la Grande Dépression. La croissance devrait reprendre plus vite malgré un chômage très élevé et une profonde récession, a affirmé le patron de la Banque centrale américaine.

"Je ne crois pas du tout que ce soit un résultat probable", a dit dimanche Jerome Powell, lors d'une interview sur CBS à propos d'une Grande dépression du type de celle des années 1930, citant une économie florissante avant la pandémie, des banques solides et une réaction adéquate des autorités.

Pour autant, il estime qu'un pic du taux de chômage à 20 ou 25% est probable, et que la chute du PIB des États-Unis au deuxième trimestre sera "facilement dans les 20, les 30%".

Mais au-delà des indicateurs économiques que la Banque centrale compile et essaye d'anticiper, M. Powell a souligné que l'heure était surtout à la maîtrise de la pandémie, en l'absence de vaccin ou de traitement ayant fait ses preuves thérapeutiques.

Priorités aux indicateurs médicaux

Le débat fait rage aux États-Unis entre les partisans d'une réouverture rapide de l'économie et ceux d'une ouverture lente et raisonnée pour tenter d'éviter une seconde vague d'infections.

"Vous savez, la chose qui compte plus que toute autre pour le moment ce sont les indicateurs médicaux. C'est la diffusion du virus. Ce sont toutes ces choses qui y sont associées" comme les mesures de distanciation sociale, a expliqué M. Powell.

Pour lui c'est une condition sine qua non pour que l'économie puisse redémarrer et "nous pensons que cela peut être le cas dès le troisième trimestre".

ats, afp

suivez-nous sur insta

 

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00