La Liberté

04.11.2018

Décès du photographe genevois Jean Mohr à l'âge de 93 ans

Jean Mohr avait notamment travaillé avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui avait utilisé ses photos pour une exposition (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Jean Mohr avait notamment travaillé avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui avait utilisé ses photos pour une exposition (archives). © KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI


04.11.2018

Le photographe genevois Jean Mohr s'est éteint à l'âge de 93 ans. Celui qui était très sensible à la question des réfugiés et des déplacés est décédé des suites d'un cancer samedi matin.

Jean Mohr s'en est allé en présence de l'un de ses fils et de son petit-fils, alors qu'il avait été admis dans un hôpital genevois, a indiqué dimanche soir à Keystone-ATS son épouse Simone, confirmant une information du quotidien Le Temps. Il avait subi une intervention il y a quelques années pour son cancer, mais celle-ci n'avait pas suffi à le soigner.

Sa dernière exposition avait eu lieu jusqu'en juillet dernier à la Maison Tavel à Genève. Jean Mohr avait une photographie "vive" et "rapide", confie son épouse. Il était "modeste" et "curieux" et très attaché à la question des réfugiés après avoir notamment oeuvré aux côtés de Palestiniens il y a plusieurs décennies, ajoute-t-elle.

"Ce que son oeil écoute"

Un sentiment qui venait peut-être de ses origines allemandes qui lui avaient valu des brimades de ses camarades et avaient incité ses parents à le déplacer dans un autre établissement scolaire. Jean Mohr et son épouse s'étaient rencontrés en travaillant pendant les fêtes dans la même librairie.

Parmi ses oeuvres, une exposition avait notamment fait le tour de 53 pays. Jean Mohr disait que ses clichés "sont le moyen de raconter ce que son oeil écoute". Ses photographies, prises dans de nombreux pays à travers le monde, sont souvent qualifiées d'humanistes. Mais le photographe se laissait aussi séduire par des recherches formelles, qui donnent lieu à des abstractions.

Jean Mohr avait travaillé pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui avait utilisé ses photos sur les victimes de guerre en 2013 pour ses 150 ans. Il a notamment poursuivi plus tard sa collaboration avec l'organisation mais aussi avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) ou des ONG.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00