La Liberté

04.06.2019

Des dizaines de milliers d'Argentines contre la violence machiste

La manifestation argentine est organisée chaque année le 3 juin depuis 2015 par des collectifs de femmes et par la communauté LGBT pour dénoncer la violence machiste. © KEYSTONE/AP/NATACHA PISARENKO
La manifestation argentine est organisée chaque année le 3 juin depuis 2015 par des collectifs de femmes et par la communauté LGBT pour dénoncer la violence machiste. © KEYSTONE/AP/NATACHA PISARENKO
Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté lundi à Buenos Aires, sous le slogan de "Nous nous aimons vivantes et libres". © KEYSTONE/AP/NATACHA PISARENKO
Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté lundi à Buenos Aires, sous le slogan de "Nous nous aimons vivantes et libres". © KEYSTONE/AP/NATACHA PISARENKO
Les manifestants ont dénoncé les crimes à caractère machiste. © KEYSTONE/EPA EFE/JUAN IGNACIO RONCORONI
Les manifestants ont dénoncé les crimes à caractère machiste. © KEYSTONE/EPA EFE/JUAN IGNACIO RONCORONI


04.06.2019

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté lundi à Buenos Aires, sous le slogan de "Nous nous aimons vivantes et libres". Elles dénonçaient les crimes à caractère machiste et pour la légalisation de l'avortement.

Cette manifestation est organisée chaque année le 3 juin depuis 2015 par des collectifs de femmes et par la communauté LGBT pour dénoncer la violence machiste. Cette dernière, malgré une prise de conscience croissante du phénomène et une augmentation des plaintes, reste un fléau en Argentine. 278 "féminicides" ont été recensés en 2018 dans ce pays de 44 millions d'habitants, selon des chiffres de la Cour suprême.

Deux manifestantes coiffées de perruques fuchsia et vertes, Vanessa Chevalier, 34 ans, et Marta Elias, 44 ans, ont raconté connaître dans leurs quartiers "des femmes battues, menacées". "Tu appelles la police et ils te disent que ce n'est pas si grave. La justice te donne un bouton 'anti-panique' qui ne sert à rien parce que quand ils réagissent, il est trop tard", ont-elles regretté.

De nombreuses femmes brandissant des foulards violets et verts, signes de ralliement au féminisme et à la cause pro-IVG, se sont jointes au cortège.

La question de l'avortement divise en Argentine, pays fortement influencé par l'Eglise catholique. En 2018, un texte légalisant l'avortement avait été adopté par les députés argentins, avant d'être rejeté par les sénateurs.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00