La Liberté

06.08.2018

Des "extrémistes" retenaient prisonniers 11 enfants aux Etats-Unis

Une opération de police dans l'Etat américain du Nouveau Mexique a permis de libérer onze enfants âgés de un à 15 ans. © KEYSTONE/AP Taos County Sheriff's Office
Une opération de police dans l'Etat américain du Nouveau Mexique a permis de libérer onze enfants âgés de un à 15 ans. © KEYSTONE/AP Taos County Sheriff's Office


06.08.2018

Onze enfants âgés de un à 15 ans ont été délivrés d'un repaire délabré tenu par des hommes à l'idéologie "extrémiste", dans l'Etat américain du Nouveau Mexique, a annoncé la police locale. Deux hommes ont été arrêtés.

L'opération a été menée en lien avec l'enquête concernant l'enlèvement d'un enfant de trois ans disparu depuis plusieurs mois, a déclaré le bureau du shérif du comté de Taos, au Nouveau Mexique. Sur place, la police a découvert les enfants vivant dans "les pires conditions de vie et de pauvreté que j'aie jamais vues", a confié un officier.

Les recherches ont commencé l'année dernière à Jonesboro, en Géorgie, lorsqu'un homme de 39 ans, a été accusé d'avoir enlevé son enfant - qui n'a jamais été retrouvé.

Le 2 août, le shérif Jerry Hogrefe a diffusé un mandat de perquisition décrivant "un complexe de fortune entouré de pneus et d'un mur de terre", dans la municipalité rurale d'Amalia, où seraient cachés le père recherché et un complice.

Le premier a été arrêté pour enlèvement d'enfant, le second pour avoir hébergé un fugitif.

"Approche tactique"

Le FBI qui a fourni des informations et des données de surveillance "ne pensait pas qu'il y avait assez de motifs valables pour entrer dans la propriété", a déclaré Jerry Hogrefe. "Tout a changé pour moi lorsqu'un message nous a été transféré par un inspecteur de Géorgie, dont nous avons estimé qu'il provenait de ce lieu".

"Le message envoyé par un tiers, disait en partie: 'nous sommes affamés et nous avons besoin de nourriture et d'eau'", a relaté le shérif.

Persuadé qu'il "fallait agir", ce dernier a ensuite affirmé avoir planifié, par sécurité, "une approche tactique". Les occupants sont suspectés d'être des "extrémistes musulmans" en possession "d'armes lourdes".

Un spectacle "déchirant"

Le matin du 3 août, une dizaine d'officiers a lancé l'opération. Ils ont découvert le taudis décrit comme "une caravane étroite, enterrée dans le sol, couverte de plastique, sans eau, canalisations ou électricité", ainsi que deux hommes armés d'un fusil d'assaut AR-15, cinq chargeurs armés de 30 balles, et quatre pistolets chargés.

Les deux hommes refusant d'obéir aux injonctions verbales, la police a lancé le raid qui s'est terminé sans incident grave ni victimes.

Les cinq adultes et 11 enfants "qui ressemblaient à des réfugiés du Tiers-Monde" ont été trouvés "sans nourriture ou eau fraîche" et "sans chaussures, sans hygiène personnelle et vêtus essentiellement de chiffons sales", a décrit la police. Le spectacle était "déchirant", a-t-elle ajouté.

Trois femmes, suspectées d'être les mères des enfants, ont été placées en garde préventive pour être interrogées.

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00