La Liberté

27.08.2018

Echec d'un référendum colombien sur la corruption faute de quorum

Les mesures portaient notamment sur la limitation du nombre de mandats des élus et la réduction des salaires des parlementaires. © KEYSTONE/AP/IVAN VALENCIA
Les mesures portaient notamment sur la limitation du nombre de mandats des élus et la réduction des salaires des parlementaires. © KEYSTONE/AP/IVAN VALENCIA


27.08.2018

Sept mesures spectaculaires de lutte contre la corruption, présentées lors d'un référendum dimanche en Colombie, n'ont pu être adoptées, faute d'un nombre suffisant de participants. Elles ont pourtant toutes obtenu 99% de "oui".

Mais, pour être validée, chaque mesure devait être approuvée par un peu plus de 12,1 millions de voix, soit le tiers des 36,4 millions d'électeurs éligibles. Après dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote, il est apparu que seulement 11,6 millions de personnes avaient voté.

Maintenant que la sécurité s'est améliorée en Colombie, la corruption est devenue un sujet d'actualité. Achats de voix et autres dessous-de-table pour obtenir des marchés coûtent au pays 50 milliards de pesos (16,6 millions de francs) par an, soit 5,3% du PIB, a déclaré le contrôleur général des finances.

Président favorable

Les mesures portaient notamment sur la limitation du nombre de mandats des élus et la réduction des salaires des parlementaires. Il était entre autres demandé aux Colombiens de dire s'ils souhaitaient que la rémunération des parlementaires et des personnages de haut rang de l'Etat soit limitée à l'équivalent de 25 salaires minimums, soit près de 6600 dollars. Les parlementaires gagnent actuellement 10'500 dollars par mois. Le salaire minimum est de 260 dollars.

Le président de droite, Ivan Duque était favorable au référendum. Il avait promis pendant la campagne électorale de lutter contre la corruption qu'il a qualifiée de cancer. Cependant, plusieurs membres de son parti, et notamment l'ancien président Álvaro Uribe, qui est son mentor, ont dit qu'ils préféraient passer par le Parlement pour faire approuver une législation anticorruption.

M. Uribe est sous le coup d'une enquête de la cour suprême pour corruption et subornation de témoins.

ats, reu

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Dans les oreilles des programmateurs
Dans les oreilles des programmateurs

Cet été, découvrez les coups de coeur musicaux des programmateurs des festivals du canton.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00