La Liberté

02.08.2018

En se dégradant le plastique libère des gaz à effet de serre

Les chercheurs n'ont pas encore déterminé la quantité de gaz à effet de serre qui se libère lorsque les déchets en plastique se dégradent "mais il est urgent de le faire" (image symbolique). © KEYSTONE/EPA/M.A.PUSHPA KUMARA
Les chercheurs n'ont pas encore déterminé la quantité de gaz à effet de serre qui se libère lorsque les déchets en plastique se dégradent "mais il est urgent de le faire" (image symbolique). © KEYSTONE/EPA/M.A.PUSHPA KUMARA


02.08.2018

Inesthétiques et dangereux pour la faune, les déchets en plastique libèrent aussi des gaz à effet de serre en se dégradant. Ce qui contribue probablement au réchauffement climatique, affirme mercredi une étude publiée aux Etats-Unis.

Ces émissions de gaz - comme le méthane ou l'éthylène - ne sont pour l'heure pas prises en compte dans les calculs des scientifiques tentant de mesurer la teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre et leur impact sur le climat, selon cette étude publiée dans la revue PLOS ONE.

Les chercheurs ont fait des tests sur tous types de produits - bouteilles d'eau, sacs, emballages ou produits industriels - et sont arrivés à la conclusion que le polyéthylène, le polymère le plus répandu, "était l'émetteur le plus prolifique".

Les chercheurs n'ont pas encore déterminé la quantité de gaz à effet de serre ainsi libérée, "mais il est urgent de le faire", a souligné David Karl, l'auteur principal de cette étude, au regard des 8 milliards de tonnes de plastique répandus sur terre et une production qui est prévue de doubler dans les deux prochaines décennies.

"Pas encore prise en compte"

Cette source de gaz à effet de serre "n'est pas encore prise en compte dans les calculs pour les cycles du méthane et de l'éthylène, et pourrait s'avérer significative", a insisté David Karl, qui enseigne à l'université de Hawaï.

"Notre découverte apporte encore une fois la preuve qu'il faut arrêter la production de plastiques à la source, en particulier les produits à usage unique", a affirmé une co-auteure de l'article, Sarah-Jeanne Royer, chercheuse à l'International Pacific Research Center de l'université de Hawaï.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00