La Liberté

14.02.2020

Enquête sur des projets d'attentat d'extrême droite, arrestations en Allemagne

Les autorités allemandes s'inquiètent d'un terrorisme d'extrême droite depuis notamment le meurtre d'un élu allemand pro-migrants, le maire de Kassel Walter Lübcke, en juin dernier. © KEYSTONE/DPA/UWE ZUCCHI
Les autorités allemandes s'inquiètent d'un terrorisme d'extrême droite depuis notamment le meurtre d'un élu allemand pro-migrants, le maire de Kassel Walter Lübcke, en juin dernier. © KEYSTONE/DPA/UWE ZUCCHI
Partager cet article sur:
14.02.2020

Douze personnes, toutes allemandes, ont été arrêtées vendredi en lien avec une enquête sur un groupuscule d'extrême droite. Celui-ci est soupçonné de fomenter des attaques contre "des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des musulmans".

Quatre de ces suspects sont soupçonnés d'avoir formé "une association d'extrême droite à caractère terroriste" tandis que les huit autres se seraient dits prêts à leur apporter notamment un soutien "financier" ou "une aide pour se procurer des armes", a précisé le parquet de Karlsruhe dans un communiqué.

Le groupuscule, formé en septembre dernier, avait pour objectif d'"ébranler l'ordre de l'Etat et de la société en Allemagne et à la fin de le renverser", selon la même source.

"Des attentats dont le dispositif concret n'a pas été précisé jusqu'ici devaient être commis contre des responsables politiques, des demandeurs d'asile et des personnes de confession musulmane afin de générer une situation proche de la guerre civile", a encore indiqué le parquet compétent en matière d'affaires de terrorisme.

Perquisitions dans 5 Länder

Auparavant, le parquet avait annoncé des perquisitions dans 13 lieux répartis sur cinq Etats régionaux parmi lesquels la Bavière et la Rhénanie du Nord-Westphalie, la région la plus peuplée d'Allemagne. Cinq suspects avaient été identifiés à cette occasion ainsi que huit personnes soupçonnées de leur avoir apporté un soutien.

Dans le but de mettre en oeuvre leurs projets, les suspects se sont rencontrés personnellement à plusieurs reprises et à différents endroits, a encore précisé la justice. Ils se sont également servis de chats sur différents services de messagerie pour communiquer entre eux.

Les autorités allemandes s'inquiètent d'un terrorisme d'extrême droite depuis notamment le meurtre d'un élu allemand pro-migrants en juin dernier. Un néonazi a depuis été placé en détention.

L'inquiétude monte également face à la multiplication des violences contre des élus du pays, dans un contexte de raidissement du climat politique sous la pression de l'extrême droite.

ats, afp

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00