La Liberté

18.07.2018

Gel tardif, bostryche et nouvelles espèces de ravageurs en 2017

Tenthrède en zigzag de l’orme, canton de Zurich, juin 2017. © WSL/Protection de la forêt suisse
Tenthrède en zigzag de l’orme, canton de Zurich, juin 2017. © WSL/Protection de la forêt suisse


18.07.2018

L'année 2017 a été difficile pour les forêts suisses. Au gel tardif, à l'été nettement plus chaud que la moyenne et au bostryche sont venus s'ajouter de nouveaux ravageurs et maladies.

L’été 2017 a été le troisième plus chaud depuis le début des mesures, après 2003 et 2015, a indiqué mercredi l'Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) dans un communiqué. Le gel tardif en avril et les tempêtes en août ont affecté non seulement les producteurs de fruits et les viticulteurs, mais aussi la forêt.

Le volume de bois d’épicéa infesté par le bostryche typographe a de nouveau augmenté en 2017 pour atteindre au total 320'000 m3. En outre, après les importants dégâts de tempêtes en janvier 2018, du matériel de ponte frais est présent en grandes quantités. On reste toutefois loin d’une pullulation telle qu’elle est apparue après la tempête Lothar, note le WSL.

Le mélèze a quant à lui été victime de la tordeuse grise, un petit papillon de nuit qui pullule à intervalles réguliers dans les vallées intérieures latérales de tout l'arc alpin. L’appétit de ses chenilles est tel qu'en début d'été des forêts entières roussissent, ainsi qu'on peut l'observer actuellement en Engadine et en Valais. Il faut s’attendre à des infestations marquées aussi en 2018.

Capricorne asiatique

Après Winterthur en 2016, premier foyer de capricorne asiatique découvert en Suisse, un autre a été identifié à Brünisried (FR). Il est considéré comme éradiqué depuis février dernier.

La tenthrède en zigzag de l’orme, originaire d‘Asie orientale, est une espèce d'insecte envahissante qui se propage en Europe depuis 2003. Elle a été observée en Suisse pour la première fois en 2017.

Le frêne lui continue à souffrir de la chalarose due à un champignon. Une enquête sur les frênes sains en Suisse a été lancée en 2016/17, car c’est sur eux que reposent les espoirs de conservation de l’espèce: 367 frênes sains ont été signalés sur l’ensemble du pays. Ces arbres seront examinés en détail durant l’été 2018.

Un champignon jusqu’ici discret pourrait également devenir problématique pour le charme. Il s’agit d’Anthostoma decipiens, connu depuis longtemps et qui n’est en principe pas agressif. Des arbres infestés dans le canton de Genève ont été éliminés par précaution.

Organismes de quarantaine

En outre, des agents pathogènes de la maladie des bandes rouges (MBR) et de la maladie des taches brunes (MTB) attaquent les pins et font partie des organismes de quarantaine. Le suivi étendu de 2016 révèle que la MBR est la plus répandue, suivie par la MTB.

La fréquence et la distribution géographique varient fortement d’une région à l‘autre. Les pins en forêt sont plus souvent infestés qu’on ne le pensait. Les espèces touchées sont surtout les pins sylvestres et les pins de montagne mais, en 2017, on a aussi découvert des infestations sur l’épicéa.

On signale aussi en Suisse depuis plusieurs années une nouvelle maladie du hêtre (taches foliaires) provoquée par le champignon Pseudodidymella fagi. Jusqu’ici, ce dernier ne semble toutefois pas causer de dégâts notables.

Maladie bactérienne du chêne

De surcroît et pour la première fois, des bactéries pathogènes ont été observées en 2017 sur des chênes rouvres, à l'origine du "dépérissement aigu" du chêne. Les arbres touchés ont tous été éliminés par mesure de précaution.

Enfin, l’été dernier, des dégâts d’écorçage parfois catastrophiques ont été causés sur des ifs entre Langnau am Albis et le col de l’Albis (ZH). Les appareils photographiques à déclenchement automatique ont surpris simultanément jusqu’à quatre cerfs mâles alors qu’ils écorçaient des ifs, tant le matin qu’en pleine journée.

De tels écorçages estivaux sont un phénomène nouveau en Suisse. De manière générale, les atteintes au rajeunissement par les ongulés sauvages ont tendance à augmenter, souligne encore le WSL.

ats

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Dans les oreilles des programmateurs
Dans les oreilles des programmateurs

Cet été, découvrez les coups de coeur musicaux des programmateurs des festivals du canton.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00