Les dépouilles des humanitaires tués à Gaza sont arrivées en Egypte

Les sept travailleurs humanitaires de l'ONG américaine World Central Kitchen, visés et tués par l'armée israélienne, étaient notamment originaires d'Australie, de Pologne et du Royaume-Uni. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Les sept travailleurs humanitaires de l'ONG américaine World Central Kitchen, visés et tués par l'armée israélienne, étaient notamment originaires d'Australie, de Pologne et du Royaume-Uni. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Les sept travailleurs humanitaires de l'ONG américaine World Central Kitchen, visés et tués par l'armée israélienne, étaient notamment originaires d'Australie, de Pologne et du Royaume-Uni. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Les sept travailleurs humanitaires de l'ONG américaine World Central Kitchen, visés et tués par l'armée israélienne, étaient notamment originaires d'Australie, de Pologne et du Royaume-Uni. © KEYSTONE/EPA/MOHAMMED SABER
Les corps des humanitaires de l'ONG World Central Kitchen, tués récemment dans une frappe israélienne, sont arrivés mercredi en Egypte afin d'être rapatriés dans leurs pays respectifs. © KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD
Les corps des humanitaires de l'ONG World Central Kitchen, tués récemment dans une frappe israélienne, sont arrivés mercredi en Egypte afin d'être rapatriés dans leurs pays respectifs. © KEYSTONE/EPA/HAITHAM IMAD


Publié le 03.04.2024


Les corps des six travailleurs humanitaires étrangers tués dans une frappe israélienne sont arrivés mercredi en Égypte afin d'être rapatriés dans leurs pays respectifs. Israël qualifie la frappe de "grave erreur".


La frappe, qui a suscité une vague de critiques internationales, survient après près de six mois d'une guerre dévastatrice entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, déclenchée par l'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien en Israël le 7 octobre.

Elle a tué lundi à Deir al-Balah (centre) sept membres de World Central Kitchen (WCK, basée aux Etats-Unis) qui venaient de décharger "plus de 100 tonnes de nourriture amenées à Gaza par voie maritime", selon l'ONG.

Les dépouilles des six Occidentaux (une Australienne, un Polonais, un Américano-canadien et trois Britanniques), qui ont été tués avec un humanitaire Palestinien, sont arrivées mercredi soir en Egypte, ont annoncé des sources sécuritaires égyptiennes. Elles ont été remises à des représentants de leurs pays en vue de leur rapatriement.

Israël concède une "grave erreur"

C'est "une grave erreur" qui "n'aurait pas dû se produire", a déclaré le chef de l'état-major israélien Herzi Halevi, évoquant "une mauvaise identification" dans des "conditions très complexes". La veille, le président israélien Isaac Herzog avait présenté ses "excuses", son Premier ministre Benjamin Netanyahu évoquant une frappe "tragique".

WCK a annoncé suspendre ses opérations dans la région.

L'ONG qui s'est dite "dévastée" par la mort de ses collaborateurs avait, depuis le 7 octobre, fourni des repas dans le territoire palestinien, où la majorité des quelque 2,4 millions d'habitants sont menacés de famine selon l'ONU. Elle avait participé mi-mars à l'envoi à Gaza d'un premier bateau d'aide depuis Chypre.

Mercredi, Le Premier ministre australien Anthony Albanese a exprimé sa "colère et préoccupation" à son homologue israélien, la Pologne ayant annoncé convoquer l'ambassadeur d'Israël pour discuter de "responsabilité morale, politique et financière" d'Israël.

"Mépris du droit humanitaire"

La veille, le Royaume-Uni avait annoncé convoquer l'ambassadeur d'Israël afin d'exprimer sa "condamnation sans équivoque" de la frappe israélienne. Haussant un peu plus le ton, l'Espagne a dénoncé mercredi une réponse israélienne "insuffisante" et "inacceptable".

L'ONU a quant à elle dénoncé un "mépris du droit humanitaire international" et de ses travailleurs, le président américain Joe Biden s'est dit "indigné", estimant qu'Israël ne protège "pas assez" les personnes venant en aide à la population palestinienne "affamée".

Depuis le début de la guerre, plusieurs ONG présentes à Gaza ont affirmé que leurs employés ou sites avaient été touchés par des frappes israéliennes.

A l'attaque menée par des commandos du Hamas à Gaza le 7 octobre, qui a entraîné la mort de 1160 personnes, Israël a répondu par une campagne de bombardements aériens intenses suivie d'une offensive terrestre. Du côté palestinien, au moins 32'975 personnes ont été tuées dans les opérations israéliennes, a annoncé mercredi le ministère de la Santé du Hamas, faisant état de 59 morts en 24 heures.

Outre le bilan humain et les destructions, la guerre a provoqué une catastrophe humanitaire dans le territoire assiégé où l'aide humanitaire, strictement contrôlée par Israël, entre au compte-gouttes.

Un couloir maritime, ainsi que des parachutages d'aide, ont été mis en place en raison de la difficulté de faire entrer des vivres par voie terrestre mais de nombreux pays et organisations humanitaires jugent que la voie terrestre est la plus à même de permettre l'acheminement de l'énorme aide dont la population a besoin.

"Risque plausible d'un génocide"

Dans ce contexte, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU va examiner vendredi un projet de résolution condamnant "le recours par Israël à des armes explosives à large rayon d'action" dans des zones peuplées de Gaza et appelant à un embargo sur les armes pour Israël. Le texte évoque "le risque plausible d'un génocide à Gaza".

Après une vaste opération de deux semaines dans le complexe hospitalier al-Chifa, dans la ville de Gaza, l'armée israélienne a indiqué mardi continuer ses opérations dans la ville de Khan Younès (sud), notamment dans le secteur de l'hôpital Al-Amal, qui avait dû cesser ses activités il y a une semaine en raison des opérations israéliennes.

Elle accuse des hôpitaux d'abriter des bases du Hamas, considéré comme un groupe terroriste par Israël, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Mardi soir et pour le quatrième soir consécutif, des familles d'otages et des opposants au gouvernement de M. Netanyahu se sont rassemblés devant le Parlement pour crier leur colère et réclamer la démission du Premier ministre.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11