La Liberté

16.04.2019

Il ne faut pas toucher aux oisillons tombés du nid

Même hors du nid, les oisillons (ici des merles noirs) demeurent sous l'aile de leurs parents. © KEYSTONE/EPA DPA/JENS BUETTNER
Même hors du nid, les oisillons (ici des merles noirs) demeurent sous l'aile de leurs parents. © KEYSTONE/EPA DPA/JENS BUETTNER


16.04.2019

Un grand nombre de jeunes oiseaux abandonnent le nid familial avant même de voler correctement. Comme chaque printemps, la Station ornithologique de Sempach (LU) rappelle qu'il faut laisser les oisillons sur place, car leurs parents continuent à veiller sur eux.

De nombreux oiseaux ont maintenant commencé à nicher. A Sempach, le centre de soins de la station ornithologique reçoit les premiers oisillons "apparemment abandonnés". Dans la plupart des cas, cette aide bien intentionnée n'est pourtant pas nécessaire, a rappelé mardi le centre.

Un oisillon qui a l'air abandonné et livré à lui-même ne l'est souvent qu'en apparence. Même hors du nid, les parents continuent à s'occuper de leurs petits et à les nourrir. C'est pourquoi il est conseillé de tout simplement laisser les jeunes oiseaux là où ils sont.

Il ne faut intervenir que lorsqu'un oisillon se trouve face à un danger imminent. Si un jeune merle se retrouve par exemple sur la chaussée, il peut être transporté, même à mains nues, dans le buisson le plus proche. Et s'il est blessé, il est recommandé de l'amener au centre de soin le plus proche.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00