La Liberté

11.10.2018

ISS: atterrissage d'urgence de la fusée Soyouz - Equipage indemne

La capsule Soyouz a dû atterrir d'urgence après le décollage. © KEYSTONE/EPA NASA/BILL INGALLS / NASA / HANDOUT
La capsule Soyouz a dû atterrir d'urgence après le décollage. © KEYSTONE/EPA NASA/BILL INGALLS / NASA / HANDOUT
Le cosmonaute russe et l'astronaute américain sont vivants. © KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV
Le cosmonaute russe et l'astronaute américain sont vivants. © KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV
L'équipage de la capsule Soyouz est indemne. © KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV
L'équipage de la capsule Soyouz est indemne. © KEYSTONE/EPA/YURI KOCHETKOV


11.10.2018

L'astronaute américain Nick Hague et le cosmonaute russe Alexeï Ovtchinine sont revenus indemnes sur Terre, jeudi au Kazakhstan, après la défaillance peu après le décollage d'un moteur de la fusée Soyouz. Elle devait les emmener à la Station spatiale internationale.

A peine deux minutes après le décollage, la défaillance d'un des moteurs de la fusée a obligé l'astronaute de la Nasa et celui de l'agence spatiale russe Roskosmos à retourner en urgence sur Terre au lieu de poursuivre leur voyage vers l'ISS.

"Au moment du décollage du vaisseau Soyouz MS-10, une situation inhabituelle est apparue. Les systèmes de secours ont été activés, le vaisseau a atterri au Kazakhstan. L'équipage est vivant et le contact a été établi" avec lui, a annoncé Roskosmos dans un communiqué. "Nous les avons récupérés", a ajouté un peu plus tard une source au sein de Roskosmos aux journalistes présents sur le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan.

La Russie a ouvert une enquête pénale pour découvrir les raisons de l'échec du lancement de la fusée. L'enquête vise à déterminer s'il y a eu des violations des règles de sécurité.

Une sorte de flash

Le problème est apparu environ deux minutes après le décollage de Soyouz qui devait emmener les deux hommes pour une mission de six mois sur la station orbitale. "Problème de lanceurs, deux minutes 45 secondes", a annoncé d'une voix très calme Alexeï Ovtchinine, le commandant de bord. Il s'agissait du second vol dans l'espace pour ce scientifique russe de 47 ans, qui avait passé 172 jours dans l'espace en 2016.

"Il y a eu un problème avec le moteur quelques secondes après la séparation du premier étage de la fusée", ont de leur côté indiqué les spécialistes de la Nasa, qui diffusait en direct le lancement. Selon un photographe de l'AFP sur place, le décollage s'est bien passé mais "après la séparation du premier étage, on a eu l'impression qu'il y avait une sorte de flash".

Selon une source au sein de Roskosmos citée par l'agence Ria Novosti, la capsule où se trouvaient les deux spationautes a alors été détachée automatiquement du reste de la fusée après l'incident. Les images retransmises en direct montrent les deux astronautes à l'intérieur de la cabine, puis elles s'interrompent comme à l'accoutumée, la caméra ne pouvant suivre la fusée de l'extérieur au-delà d'une certaine altitude.

Au moment de l'incident, Nick Hague et Alexeï Ovtchinine voyageaient à près de 7563 km/h, selon la Nasa. Equipée de parachutes, leur capsule les a ramenés sur Terre, mais les deux hommes ont été soumis à une très forte pression.

Vols suspendus

Récupérés par les secours quelques minutes après leur atterrissage forcé, ils ont été évacués vers Jezkazgan, une ville de 80'000 habitants distante d'une vingtaine de kilomètres. Roskosmos a ensuite publié sur Twitter une photo des deux hommes assis apparemment détendus sur un canapé, tandis que des médecins prenaient leur pression artérielle.

Tous les lancements de vols pilotés sont suspendus en attendant les résultats de l'enquête et l'identification des problèmes qui ont provoqué cet accident, a indiqué le vice-premier ministre russe Iouri Borissov, cité par l'agence officielle TASS.

Le prochain vol vers l'ISS, où se trouvent actuellement trois cosmonautes, l'Allemand Alexander Gerst, l'Américaine Serena Aunon-Chancellor et le Russe Sergueï Prokopiev, est théoriquement prévu pour décembre prochain. Selon l'agence russe Ria Novosti, le dernier accident de ce type date du 23 septembre 1983.

ats, reu

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00