La Liberté

25.08.2018

La justice italienne ouvre une enquête contre le ministre de l'Intérieur Salvini

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini (archives). © Keystone/EPA/DANIEL KOPATSCH
Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini (archives). © Keystone/EPA/DANIEL KOPATSCH
Mis sous enquête, le ministre italien Matteo Salvini a finalement annoncé que les migrants du navire Diciotti pourront débarquer en Sicile. © KEYSTONE/AP ANSA/DANIELE PANATO
Mis sous enquête, le ministre italien Matteo Salvini a finalement annoncé que les migrants du navire Diciotti pourront débarquer en Sicile. © KEYSTONE/AP ANSA/DANIELE PANATO
Les 150 migrants restés bloqués pendant des jours sur le navire des gardes-côtes italiens Diciotti ont finalement débarqué dans la nuit de samedi à dimanche. © KEYSTONE/EPA ANSA/ORIETTA SCARDINO
Les 150 migrants restés bloqués pendant des jours sur le navire des gardes-côtes italiens Diciotti ont finalement débarqué dans la nuit de samedi à dimanche. © KEYSTONE/EPA ANSA/ORIETTA SCARDINO


25.08.2018

La justice italienne a ouvert une enquête contre le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini pour "séquestration de personnes, arrestations illégales et abus de pouvoir" dans l'affaire des migrants retenus à bord du navire Diciotti, selon des médias italiens.

Son chef de cabinet est visé par la même enquête qui a été déclenchée par le parquet d'Agrigente, en Sicile. Elle sera désormais menée par un "tribunal des ministres" de Palerme, le chef-lieu de cette île du sud, selon la même source.

Cette décision intervient à l'issue d'un interrogatoire de deux hauts responsables du ministère de l'Intérieur conduit samedi à Rome par Luigi Patronaggio, le procureur du parquet d'Agrigente, qui avait ouvert le premier une enquête sur cette affaire. Il cherche à comprendre la chaîne de commandement et à savoir qui a donné l'ordre d'interdire le débarquement des migrants.

Mais la décision de la justice n'a pas entamé la volonté de Matteo Salvini, le chef de la Ligue (extrême droite), de poursuivre son combat contre l'immigration. "Ils (les magistrats, ndlr) peuvent m'arrêter moi mais pas la volonté de 60 millions d'Italiens", dont la majorité semble favorable à sa politique, a-t-il dit au cours d'une réunion politique dans le nord de l'Italie.

ats, afp

UNE LIBERTÉ ABSOLUE!
UNE LIBERTÉ ABSOLUE!

Toute l’actualité de La Liberté sur vos supports numériques dès Fr. 9.- /mois !

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00