La Liberté

John Howe, le dessinateur des mondes de Tolkien au Fantasy de Bâle

John Howe, le dessinateur des mondes de Tolkien, au festival Fantasy de Bâle ce week-end. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
John Howe, le dessinateur des mondes de Tolkien, au festival Fantasy de Bâle ce week-end. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT


Publié le 28.05.2022
Partager cet article sur:


Au salon "Fantasy" de Bâle ce week-end, le dessinateur John Howe a expliqué comment il a créé les paysages imaginaires pour les adaptations au cinéma du "Seigneur des Anneaux". Il faut de la sérénité et de la modestie pour être créatif, a-t-il conseillé au public.

Depuis 40 ans, le Canadien installé à Neuchâtel John Howe dessine sans cesse de nouveaux paysages imaginaires pour créer la Terre du Milieu ("middle-earth") de J.R.R. Tolkien au cinéma et pour une série, dont on annonce la sortie depuis des mois. "Cela semble être une longue période, mais c'est un pays immense", a déclaré le dessinateur vendredi.

Il a aussi révélé au public que dans le prochain film, prévu pour 2024, on verrait pour la première fois la mer de la Terre du Milieu.

"Je ne pense pas qu'il existe un soi-disant blocage artistique", a-t-il dit lors d'un podium du festival dédié au fantastique (fantasy), dont il est l'un des invités vedette. Tant que le crayon reste en mouvement, il y aura toujours quelque chose de nouveau.

Si l'on est bloqué pendant le processus artistique, c'est parce que l'on veut atteindre quelque chose de trop fort. Il faut simplement se détendre et les choses naîtront d'elles-mêmes, a conseillé l'homme âgé de 64 ans: "it's important to relax".

Collaboration avec Peter Jackson

L'artiste, qui a dessiné l'univers fantastique de la trilogie du "Seigneur des anneaux" au cinéma, estime que la collaboration avec le réalisateur Peter Jackson a été excellente.

Le réalisateur lui a dit ce qu'il aimait et ce qu'il n'aimait pas ; briefé, il est retourné à la table à dessin et a essayé d'exécuter les idées du réalisateur, a poursuivi le Neuchâtelois d'adoption.

Pour le dessinateur, il est important d'échanger des idées au cours du processus de création. C'est la seule façon de garder l'esprit ouvert à la nouveauté. Tous les créatifs se trouvent dans une sorte d'état de déséquilibre ("form of imbalance"). Ce n'est qu'ainsi qu'ils peuvent se plonger dans un nouveau monde à créer en s'appuyant sur leur imagination.

En même temps, il faut rester humble ("humility is crucial") et ne pas se considérer comme plus important que la chose dont on s'occupe: "la passion ne doit pas nous perdre". L'illustrateur multiprimé a avoué qu'il ne savait pas vraiment d'où lui venaient ses idées.

Trouver son propre style

A la question du public de savoir si le talent ou la technique était le plus important, John Howe a répondu qu'il considérait la technique comme un outil lui permettant de faire jouer son imagination et d'exprimer ses sentiments: "la technique n'est jamais le but".

L'important, c'est de trouver son propre style, selon lui. Il conseille donc à ses étudiants de dessiner comme ils l'entendent. Il en résulte toujours quelque chose de personnel.

"Mon intention est de créer une situation irréelle à partir de problèmes réels", résume John Howe à propos de son travail. Pour ses dessins, il essaie autant que possible de se baser sur des modèles. Il peut ainsi relier les personnes imaginaires à des personnes réelles et rester crédible.

L'art a pour but de rassembler les gens et de faire partie de la société, a-t-il encore ajouté.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11