La Liberté

25.08.2019

Johnson presse Trump de lever les "obstacles considérables"

Le premier ministre britannique Boris Johnson cherche à se rapprocher des Etats-Unis pour compenser la sortie du Royaume-Uni de l'UE. © KEYSTONE/EPA I-IMAGES POOL/ANDREW PARSONS / POOL
Le premier ministre britannique Boris Johnson cherche à se rapprocher des Etats-Unis pour compenser la sortie du Royaume-Uni de l'UE. © KEYSTONE/EPA I-IMAGES POOL/ANDREW PARSONS / POOL


25.08.2019

Le premier ministre britannique Boris Johnson a pressé samedi le président américain Donald Trump de lever les "obstacles" pour les entreprises britanniques aux Etats-Unis. Londres cherche à se rapprocher des Etats-Unis pour compenser sa sortie de l'Union européenne.

"Il y a encore des obstacles considérables aux Etats-Unis pour les entreprises britanniques qui restent incompréhensibles", a déclaré M. Johnson à la presse, évoquant des interdictions pesant sur différents produits britanniques, allant des bacs de douche aux tourtes au porc. Le Royaume-Uni et les Etats-Unis seraient en train de négocier un accord commercial.

"Il y a une opportunité énorme pour la Grande-Bretagne, mais nous devons comprendre que cela ne va pas être de tout repos", a déclaré M. Johnson. Il doit rencontrer M. Trump dimanche en tête à tête au sommet du G7, une rencontre qui devrait en grande partie être consacrée aux questions commerciales.

"Des opportunités massives"

Il s'agira de la première rencontre entre les deux hommes depuis que M. Johnson, fervent partisan du Brexit, a été désigné premier ministre d'un pays en plein psychodrame à cause de la rupture prochaine avec l'UE, son premier partenaire économique jusqu'ici.

"Il est très important. Si nous passons un superbe accord de libre-échange, que ce soit un libre-échange qui profite aux entreprises britanniques", a-t-il déclaré, citant l'exemple des tourtes au porc, un pâté en croûte typiquement britannique, qui sont vendues en Thaïlande ou en Islande, selon lui, "mais qui actuellement ne peuvent pénétrer le marché américain".

"Il y a des opportunités massives pour les entreprises britanniques", a dit le dirigeant. "Nous essayons de les saisir, mais il va falloir que nos amis américains s'engagent et s'ouvrent, car pour l'instant il y a trop de restrictions".

Donald Trump est lui-même un fervent défenseur des intérêts des entreprises américaines. Il se montre intraitable dans leur défense. Il est entré dans une guerre commerciale avec la Chine et a, par exemple, récemment menacé de taxer le vin français pour contrer une taxe votée en France sur les géants américains du numérique.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00