La Liberté

22.10.2019

Journée de colère chez les agriculteurs allemands

Les convois de centaines de véhicules agricoles alignés en file ont paralysé la circulation à Berlin et à Bonn. © KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL
Les convois de centaines de véhicules agricoles alignés en file ont paralysé la circulation à Berlin et à Bonn. © KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL


22.10.2019

Des milliers d'agriculteurs ont manifesté mardi au volant de leurs tracteurs à travers l'Allemagne. Les réglementations du gouvernement en matière de climat et de réforme agricole menacent selon eux l'existence de leur activité.

Les convois de centaines de véhicules agricoles alignés en file ont paralysé la circulation à Berlin et à Bonn, ont constaté des journalistes de l'AFP. Ces deux villes accueillent le gouvernement fédéral.

"Les lois sur l'agriculture sont de plus en plus strictes" et "le projet actuel menace notre existence", déplore Tom Hollstein, 19 ans. Il a fait 100 km depuis son exploitation pour rejoindre Berlin, une poupée de chiffon en habit d'agriculteur pendue sur une potence à l'arrière de son véhicule.

D'autres opérations escargots de plusieurs milliers d'agriculteurs en colère avaient lieu en Bavière, en Schleswig-Holstein et en Basse Saxe.

"C'est comme une expropriation!"

Les griefs sont nombreux: menace d'interdiction du très économique mais jugé dangereux pesticide polyphosphate, déclassement social et menaces de disparition des petites exploitations familiales, ou encore dénonciation des accords de libre-échange qu'ils jugent discriminants, comme celui avec les pays sud-américains du Mercosur.

La nouvelle règlementation sur les pesticides "signifierait qu'on ne pourrait plus travailler sur nos terres", affirme Bernard Kalies, producteur de fruits et légumes près de la frontière polonaise. "C'est comme une expropriation!"

Les agriculteurs allemands demandent en priorité à la ministre fédérale de l'Agriculture, Julia Klöckner (CDU), et à la ministre de l'Environnement, Svenja Schulze (SPD), d'être consultés pour les projets de réforme agraires et de lutte contre le changement climatique. "Les politiques ne savent pas ce qui se passe dans les exploitations mais veulent imposer des choses et nous voulons simplement participer au débat", a demandé M. Hollstein.

Interdiction du glyphosate

Le gouvernement a décidé début septembre de réduire l'utilisation du glyphosate et de l'interdire complètement dès la fin de l'année 2023. Il envisage aussi la réduction des cheptels, pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

Signe de la contestation, de grandes croix mortuaires vertes sont apparues depuis un mois dans plusieurs fermes allemandes.

Une journée de mobilisation avait également lieu au même moment en France, où des agriculteurs se sont rassemblés devant les préfectures. Aux Pays-Bas, la mobilisation similaire entamée le 1er octobre avait causé le plus gros embouteillage de l'histoire du pays.

ats, afp

Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Suivez-nous sur insta

L’actu de votre région aussi sur @lalibfribourg

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00