La Liberté

22.05.2019

Kenya: mort de l'écrivain et activiste homosexuel Binyavanga Wainaina

L'écrivain kényan Binyavanga Wainaina, devenu une icône de la cause des droits des homosexuels en Afrique après avoir fait son coming-out en 2014, est décédé à l'âge de 48 ans (archives). © KEYSTONE/AP/BEN CURTIS
L'écrivain kényan Binyavanga Wainaina, devenu une icône de la cause des droits des homosexuels en Afrique après avoir fait son coming-out en 2014, est décédé à l'âge de 48 ans (archives). © KEYSTONE/AP/BEN CURTIS


22.05.2019

L'écrivain kényan Binyavanga Wainaina est décédé dans la nuit à l'âge de 48 ans, a annoncé mercredi sa maison d'édition. Il est devenu une icône de la cause des droits des homosexuels en Afrique après avoir fait son coming-out en 2014.

L'auteur avait remporté en 2002 le prix Caine, une des plus prestigieuses récompenses pour la littérature africaine en langue anglaise. Il est mort quelques jours à peine avant un jugement attendu de longue date qui pourrait décriminaliser l'homosexualité au Kenya.

"Il est décédé la nuit dernière", a déclaré Tom Maliti, président du Kwani Trust, une maison d'édition basée à Nairobi et fondée par M. Wainaina. L'écrivain et journaliste avait été victime d'une crise cardiaque en 2015 et avait le sida. L'an passé, il avait indiqué vouloir épouser son partenaire de longue date en Afrique du Sud.

M. Wainaina avait reçu des éloges et bénéficiait d'une large audience pour l'ensemble de son oeuvre, dont son essai satyrique "How to Write About Africa". Mais sa figure divisait parfois dans son Kenya natal, où des lois datant de la période coloniale criminalisent l'homosexualité.

"Je suis homosexuel, maman"

L'auteur avait provoqué un énorme débat en 2014 en révélant son homosexualité dans une nouvelle publiée en ligne intitulée "Je suis homosexuel, maman". Il avait reçu d'innombrables messages de soutien et avait été nommé parmi les personnalités les plus influentes au monde par Time Magazine cette année-là.

Mais il était aussi la cible publique de tous ceux qui dénoncent l'homosexualité sur le continent. Vingt-huit pays sur 49 en Afrique sub-saharienne ont des lois pénalisant les relations homosexuelles.

Un tribunal kényan doit rendre vendredi son jugement sur la constitutionnalité de deux lois datant de l'époque coloniale et criminalisant l'homosexualité. Ce jugement était attendu en février, mais les juges avaient repoussé à mai leur décision, arguant alors d'une charge de travail trop importante. Les activistes voient là l'opportunité pour le Kenya de servir d'exemple en Afrique.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
Abonnez-vous pour 9.-/mois
Abonnez-vous pour 9.-/mois

25 articles par mois, l’info qu’il vous faut quand il faut. Pour ceux qui savent exactement ce qu’ils veulent.

Les perles de nos archives

Chaque semaine, notre rédaction met en valeur une thématique à travers le prisme des 147 ans d'histoire de «La Liberté».

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00